Le piratage modifie l'industrie et la stratégie de beIN Sports – Euro 2020

30

Les droits de retransmission d'événements sportifs laisseraient des revenus de 85,1 milliards de dollars d'ici 2025, selon un rapport de Rethink Research en octobre 2019, ce qui représenterait une augmentation de 75% par rapport à 2018 (48,6 milliards).

BeIN Sports pay TV est incrédule face à cette tendance et, en tant qu'acteur important dans les émissions sportives à travers le monde, elle va à l'encontre de cette idée.

Yousef al Obaidly, PDG de beIN Media Group, dit que cette valeur pour les droits ne viendra pas. «Je ne sais tout simplement pas d'où viendra cet argent! En effet, chaque accord nécessite, un, une combinaison d'au moins deux soumissionnaires sur un marché et, deux, un niveau d'exclusivité en adéquation avec l'investissement réalisé. Et bien qu'il y ait parfois des vents contre notre contrôle, ces deux facteurs n'existent pas », a déclaré le directeur de l'événement Leaders in Sport, également en octobre de l'année précédente.

Al Obaidly a souligné que l'industrie est endormie en ce qui concerne le piratage, car cela sera la cause de la baisse des coûts des droits en évitant l'exclusivité des transmissions. «Apparemment, tout le monde dans cette industrie est endormi au volant et refuse de faire face à l'éléphant pirate qui est dans la pièce depuis des années. Nous vivons maintenant dans un monde où les droits de transmission exclusifs sont, en fait, totalement non exclusifs. Les consommateurs, jeunes et vieux, accèdent à tout (événement) pour rien (d'argent) … où qu'ils soient, quand ils le veulent, et ce comportement se normalise », a-t-il déclaré.

Yousef al Obaidly décrit beIN Sports comme le «plus gros acheteur de déchets sportifs au monde», et de cette position, il partage la stratégie opposée qu'ils suivent déjà dans l'industrie de la télévision sportive.

«Nous considérons maintenant que tous les droits sportifs ne sont pas exclusifs et nos offres commerciales en tiendront compte. Je suis également sûr que d'autres radiodiffuseurs, de toutes formes et tailles, effectueront des dévaluations similaires, alors que de nombreux droits qui étaient auparavant premium ne seront pas vendus. »

Cette position a déjà donné des résultats. BeIN Sports vient de reprendre les droits de transmission de l'Eurocopa 2020 en France, avec un investissement qui serait compris entre 35 et 38 millions d'euros, entre 37 et 42% de moins que ce qu'il a payé pour l'Eurocopa 2016, réalisé sur le territoire français , où beIN Sports a été créé en 2012. L'accord pour le tournoi de cette année comprend 51 matchs, mais seuls 28 seront exclusifs.

Pourquoi beIN Media Group enchérira-t-il moins pour les droits sportifs? Une réponse possible viendra de 2016. Un rapport du magazine français Capital indique que beIN Sports France a perdu plus d'un milliard d'euros entre 2012 et 2016, malgré un investissement de 640 millions de droits entre 2014 et 2015 et d'avoir plus de 3 millions d'abonnés cette année-là et en 2018, il avait déjà dépassé les 4 millions en France. En novembre 2019, il a lancé sa plateforme de streaming gratuite aux États-Unis, beIN Sports Xtra, avec des matchs de LaLiga d'Espagne, de Ligue 1 de France, de la Super League turque et des matchs du PSG féminin et de l'équipe féminine de France, des sports de combat, Sports d'aventure et productions originales.

D'où vient beIN Sports?

Son président est Nasser al Khelaifi, également président du club français du PSG. L'origine de cette télévision sportive a été donnée sous le nom d'Al Jazeera Sports en 2003. En 2012, elle est arrivée en France et en Amérique et un an plus tard, elle se sépare d'Al Jazeera Media Network et rejoint beIN Media Group en 2014.

Le groupe qatari a sa force en France, car c'est là qu'il compte le plus d'abonnés. Dans le monde, ils disposent de 60 chaînes et ont des bureaux en Australie, en Indonésie, aux Philippines, en Malaisie, en Espagne, au Royaume-Uni, en Turquie, aux États-Unis, en France et au Qatar. Aux États-Unis, ils gèrent deux chaînes, une en anglais et une en espagnol.

Son président Nasser al Khelaifi est dans l'entreprise depuis sa naissance à Al Jazeera, en 2011 il a acheté 70% du PSG via le groupe Qatar Investment Authority et était un joueur de tennis professionnel, bien que son meilleur classement dans l'ATP ait été classé 995. Il est également Président de la Fédération qatarienne de tennis.

D'Al Jazeera Sports à beIN Sports

2003: Naissance d'Al Jazeera Sports.

2012: lancement de BeIN Sports France et Amériques.

2013: lancement de BeIN Sports Asia et dissociation d'Al Jazeera Media Network.

2014: BeIN Media Group rejoint et ouvre beIN IP, la société de gestion de droits à Londres.

2015: Ils produisent, diffusent et distribuent la Coupe du monde de handball et lancent beIN Spain.

2016: Acquisition du studio de cinéma et de télévision Miramax et de la plateforme de télévision payante turque Digiturk.

2019: Ils lancent leur service de streaming gratuit aux États-Unis.

Nombre de beIN Media Group

• 3 700 employés

• 7 entreprises

• 43 pays

• 5 continents

• 60 canaux

• 7 500 heures de transmission mensuelle

(protégé par e-mail)