L'économie de la zone euro a moins reculé que prévu en 2020 – Championnat d’Europe 2020

46

Bruxelles – L'économie de la zone euro a moins reculé que prévu en 2020 compte tenu des conséquences dévastatrices de la pandémie de covid-19, selon les données officielles.

L'agence des statistiques d'Eurostat a déclaré que l'économie de la zone euro avait reculé de 6,8% en 2020 et de 0,7% au quatrième trimestre.

Bien que catastrophique, cela a été bien meilleur que les prévisions de la Commission européenne d’un krach de 7,8%, faites en novembre. Mais les premiers indicateurs montrent que les 19 pays qui utilisent l'euro sont désormais confrontés à la perspective d'une nouvelle récession après une reprise l'été dernier interrompue par une deuxième vague de la pandémie.

Cela est dû à un démarrage interrompu de la campagne de vaccination en Europe et à la poursuite des restrictions liées aux covid. Le chiffre meilleur que prévu pour 2020, bien qu’il reste l’un des pires de l’histoire, provient en grande partie d’une meilleure performance de l’Allemagne, la plus grande économie d’Europe.

L'activité économique allemande s'est contractée de 5,0% en 2020 et même la France a finalement fait mieux que prévu avec une baisse de 8,3%, alors qu'un krach à deux chiffres était initialement craint.

«Les mesures restrictives ont été adaptées et sont devenues plus douces par rapport à la première vague», a déclaré Bert Colijn, analyste chez ING.

"Pensez à des pays comme la France et l'Espagne, par exemple, où l'industrie et la construction sont restées largement ouvertes au cours du trimestre", a-t-il ajouté. Colijn a également évoqué une demande soutenue de produits de l'UE en provenance de Chine, où les restrictions sont rares.

L'aide est également venue de Grande-Bretagne, où les entreprises se sont accumulées dans les derniers mois de 2020 avec la fin imminente de la période de transition post-Brexit. Eurostat a déclaré que l'économie de l'UE à 27 États membres dans son ensemble – qui ajoute la Pologne et la Suède par exemple – a reculé de 6,4% en 2020 et de 0,5% au quatrième trimestre.

À l'avenir, le risque majeur «est que l'arrivée de nouvelles variantes plus transmissibles, ainsi que la lenteur des programmes de vaccination, retardent la levée des restrictions», a fait remarquer Jack Allen-Reynolds, économiste senior Europe chez Capital Economics.

«Cela aurait un effet beaucoup plus important sur les économies méditerranéennes qui sont plus dépendantes du tourisme d'été» et non sur l'Allemagne, a-t-il déclaré.

L'UE n'a pas encore vu les avantages d'un fonds de redressement de 750 milliards d'euros (900 milliards de dollars) dont les premiers versements toucheront les coffres du gouvernement, espérons-le, d'ici le milieu de l'année.

Pour l'instant, l'économie européenne a été largement maintenue à flot grâce à un programme de relance sans précédent de la Banque centrale européenne qui a permis aux pays de la zone euro d'emprunter à bas prix sur les marchés pour apporter un soutien massif.