Les élections au RFEF pourraient être reportées à 2021 – Championnat d’Europe 2020

10

Le 9 mars, à peine cinq jours avant la déclaration de l'état d'alarme dans notre pays, la CDD, par l'intermédiaire du secrétaire d'État aux SportsIrene Lozano, a publié une résolution donnant le feu vert à l'avance électorale de la Fédération espagnole de football.

Ongle résolution issue des deux lettres envoyées par le président de la RFEF, Luis Rubiales, du 17 décembre au 5 février; le rapport de la défense des intérêts de l'État à cet égard et les deux rapports du TAD contraires aux progrès électoraux.

Parmi les arguments avancés par la CDD dans son mémoire de douze pages du 9 mars, il y avait plusieurs questions clés. Parmi eux, et comme la sixième page du document recueille, pour "eéviter l'instabilité qu'elle engendrerait dans la RFEF et donc dans le football espagnol, prolonger la situation d'un an, avec tous les événements auxquels notre pays sera confronté dans les prochains mois, à savoir: Eurocup, Jeux Olympiques, Paralympiques, Coupe du monde de futsal … l'intérim génère l'instabilité ".

C'est plus, dans le neuvième point de la même écriture, approfondit encore plus la question de la Coupe du monde prévue pour septembre 2020 et base du deuxième mémoire de l'avance du RFEF, comme motif de l'avance électorale.

La décision adoptée par la FIFA hier de reporter la Coupe du monde de futsal d'un an implique qu'aucun des événements prévus pour cet été, en particulier la célébration de l'Eurocup où Bilbao est l'un des sites, se tiendra dans les prochains mois. Ils ont tous été retardés d'un an.

Suspension de tous les événements clés de la candidature à la Coupe du monde

L'Eurocup était, comme l'a expliqué Luis Rubiales dans sa première lettre du 16 décembre, une nomination capitale qui devait être conclue avec un président élu, notamment en pensant à la candidature conjointe avec le Portugal, une autre raison avancée par le CSD pour accorder l'avance électorale. Comme le disait la première lettre du président fédéral à la page 5: "Il faut un travail préalable au niveau du territoire de l'UEFA pour que la candidature du Portugal et de l'Espagne devienne la candidature européenne qui est enfin en concurrence … pour quels résultats Il faut convaincre les fédérations européennes de l'adéquation de notre candidature lors d'une série d'événements qui se déroulent au premier semestre et tout au long du deuxième semestre 2020 ".

En plus de l'Euro Cup, les autres événements sont les deux finales des compétitions européennes et les précédents comités exécutifs d'Istanbul et de Pologne. Ces deux dernières nominations sont actuellement en attente de confirmation par l'UEFA mais seraient toujours à huis clos et, si un comité exécutif est organisé, tout indique que cela se ferait par voie électronique. Il est déjà certain que le Congrès de la FIFA prévu en Éthiopie le 5 juin, un autre événement clé pour commencer à présenter cette candidature conjointe à la Coupe du monde, se tiendra par voie électronique.

Analysé tous ces éléments, il semble clair que la résolution CSD a un sens après tous les événements dérivés du coronavirus.

A tout cela s'ajoute que, depuis que l'état d'alerte précité a été décrété, toutes les procédures administratives du pays ont été paralysées.

Et il ne faut pas oublier qu'avant que cette situation exceptionnelle ne soit décrétée le 14 mars, to était toujours en attente d'approbation par le CSD lui-même à la fois le Règlement électoral et le nouveau calendrier précédemment approuvé par la Commission Déléguée du RFEF.

Et ce n'est pas une procédure rapide, car les deux doivent être envoyés au CSD afin qu'ils puissent être transmis au TAD, qui à son tour le retourne au conseil d'administration du CSD pour approbation.

Et dans ce processus, des allégations peuvent surgir à l'égard des deux documents. Mais ensuite, plus tard, le conseil d'administration doit se réunir pour l'approuver. Ce sera alors que le RFEF devra convoquer son conseil d'administration, comme il l'avait initialement prévu pour le 25 mars, pour entamer le processus électoral.

Nous sommes donc dans un scénario où la résolution de la CDD a cessé d'avoir effet en raison de tout ce qui s'est passé au cours de ces deux derniers mois, qui doit encore être approuvé par l'organisme d'État, à la fois le Règlement et le calendrier électoral et où tous les procédures et ne sachant toujours pas quand nous quitterons l'état d'alarme.

La porte est ouverte pour retarder les élections jusqu'en 2021

À tout cela, nous devons ajouter deux autres éléments. La CSD elle-même a publié le 19 mars une résolution suspendant tous les processus électoraux des fédérations sportives, bien qu'elle ait précisé que ce serait en cette année 2020 malgré la non-tenue des Jeux Olympiques, lors des élections. dans les fédérations sportives, même si l'Ordre qui réglemente les processus électoraux dans les fédérations sportives stipule clairement qu'ils doivent se dérouler en même temps que l'année olympique.

Déjà dans son moment L'IUSPORT a anticipé le problème qui pourrait survenir car de nombreux présidents de fédérations olympiques pourraient ne pas être élus, ne pouvant assister à l'épreuve olympique pour laquelle ils travaillaient depuis quatre ans, si ces élections avaient eu lieu en 2020. Ce qui a provoqué une plainte de la majorité des fédérations auprès de la CSD et du gouvernement lui-même.

Élections au RFEF en 2021?

La semaine dernière La CSD répondait à la demande des fédérations sportives pour que le mois d'août puisse faire des affaires dans la procédure électorale.

Pensant toujours qu'ils sont célébrés une fois l'été terminé. Mais il y a deux jours, une nouvelle étape s'est ouverte après le ministre de la Culture et des Sports, Juan Manuel Rodríguez Uribes, communiquera au comité exécutif du COE la possibilité de permettre aux fédérations de tenir leurs processus électoraux en 2021, année où se déroulent enfin les Jeux de Tokyo.

De cette façon, tous les présidents actuels du même achèveraient le cycle olympique. De cette façon, seuls les non-olympiques avanceraient leurs élections jusqu'en 2020, les élections olympiques restant pour le deuxième semestre 2021, après la nomination à Tokyo.

Et parmi ces fédérations se trouve la RFEF. Cela nous amène à un scénario où finalement le processus électoral RFEF est suspendu, reprenant début 2021 quand ils auront à nouveau les mêmes arguments mis en avant ces derniers mois pour réclamer des avancées électorales.

En outre, toute célébration n'a plus de sens alors que toutes les compétitions de football non professionnelles viennent d'être suspendues, ce qui complique grandement tout le processus électoral de l'Assemblée générale, organe clé de l'élection du futur président de la RFEF. Dès que cela n'aurait pas de sens de commencer les élections avant septembre 2020, date du retour des compétitions.

Le seul point qui peut conduire à ne pas vouloir prendre autant de temps réside dans l'opposition d'Iker Casillas qui aurait ces mois pour préparer sa candidature à la présidence de la RFEF. Nous verrons pourquoi ces prochains mois seront décisifs pour l'avenir électoral.