Les familles dans le projet de décret de relance (11/05/2020) – Euro 2020

8

L'allocation pour enfant, selon les projets qui circulent dans le prochain décret de "relance", n'est même pas cette fois. Il y a le renouvellement annoncé de 50% de congé parental: 30 jours au total, pour l'année 2020, à partir du 5 mars et jusqu'au 31 juillet 2020, pour les enfants de 12 ans et moins. La prime pour baby-sitter passe de 600 € à 1200 € et est versée, alternativement, directement au demandeur, pour une inscription prouvée dans des camps d'été, des services de garde d'enfants supplémentaires, des services socio-éducatifs territoriaux, des centres à fonction éducative et des services récréatifs et complémentaires ou innovants pour la petite enfance. En mai et juin 2020, douze autres jours au total sont disponibles pour les parents qui ont droit à la loi 104.

Il y a ensuite, dans l'article 112 – intitulé le financement des centres d'été 2020 et la lutte contre la pauvreté éducative – 150 millions d'euros pour les municipalités, pour renforcer les centres d'été de jour pour garçons et filles âgés de 3 à 14 ans, pour les mois de juin à septembre 2020 et pour des projets visant à lutter contre la pauvreté éducative et à mettre en œuvre les opportunités culturelles et éducatives des mineurs. Initiatives à mettre en œuvre "pendant la période d'urgence et pour quand elle sera achevée et le verrouillage progressivement suspendu, afin de rattraper le temps perdu en termes d'offres éducatives et culturelles". Veuillez vous référer au Ministre de la Famille pour l'identification des critères d'allocation: «Nous y voyons une bonne opportunité de calibrer cette contribution sur chaque enfant plutôt que pour la famille, en entrant dans un principe d'équité et sans limites maximales» note Gigi De Palo , président du Forum des associations familiales.

Ensuite, il y a le bonus pour les vacances en Italie pour les familles dont le revenu ISEE ne dépasse pas 35 000 euros, porté à 500 euros (300 euros pour les familles de deux et 150 pour les célibataires): «Tout en appréciant l'augmentation de la limite de la prime touristique de 325 à 500 euro, les modalités devraient être modifiées en tenant compte des charges familiales. Telle que structurée, l'intervention favorise les familles avec 1 enfant, pénalisant les autres. Il serait plus approprié de définir un montant pour chaque composant ", explique De Palo. En fait, les économies d'échelle lorsque vous partez en vacances sont paradoxalement nulles pour les familles avec plusieurs enfants: j'ai un enfant, je peux l'ajouter à la chambre avec une réduction, mais si vous avez plus d'enfants, vous êtes obligé de prendre plus de chambres, en les payant intégralement. En outre, il y a – encore une fois – la question des personnes handicapées: "les familles avec enfants et à faible revenu sont souvent et par conséquent exclues de la prime. Le remboursement devrait également leur être accordé.

Ensuite, il y a la nouveauté du Revenu d'urgence, vous pouvez donc postuler avant fin juin 2020. Ses échelles d'équivalence ne tiennent pas dûment compte des charges familiales, comme cela se produit déjà dans le revenu de la citoyenneté. À l'article 87, "les familles avec enfants mineurs et les familles nombreuses sont fortement discriminées, car les premières sont reconnues comme pesant 0,20 au lieu de 0,40 pour les adultes; alors que pour ce dernier la limite de l'échelle d'équivalence maximale de 2 exclut effectivement les enfants suivant le second ", note De Palo.

Parmi les autres mesures prévues au titre IV – Dispositions relatives au handicap et à la famille, il y aurait l'augmentation de l'allocation du Fonds aux personnes non autosuffisantes 90 millions d'euros supplémentaires pour 2020; l'augmentation de la provision pour la loi 112/2016 – aka After Us – 20 millions d'euros supplémentaires pour l'année 2020. A cet égard, un nouveau fonds dénommé "Fonds de soutien aux structures semi-résidentielles pour personnes handicapées"visant à garantir la reconnaissance d'une allocation aux organes de gestion, dans la limite de 40 millions d'euros de dépenses pour l'année 2020: une aide pour favoriser l'adoption d'équipements de protection individuelle ou de nouvelles modalités d'organisation pour la prévention du risque de contagion.