"Les fermetures de fin 2020 ont contrecarré les efforts de l'été. Nous avons besoin de certitudes" – Foot 2020

111

2020, l'annus horribilis de la restauration italienne, s'est terminée de la pire des manières: 37,7 milliards d'euros de pertes, environ 40% de l'ensemble du chiffre d'affaires annuel du secteur parti en fumée.

Pour cette raison, Fipe – Confcommercio, Fédération italienne des entreprises publiques, ainsi que les principaux syndicats du commerce et du tourisme, Filcams Cgil, Fisascat Cisl et Uiltucs Uil, ont écrit au ministre du Développement économique, Stefano Patuanelli, demandant une réunion urgente, à développer conjointement un plan organique d'interventions pour les entreprises et les travailleurs des établissements publics, également dans le but de planifier une réouverture sûre des locaux. Le point de départ de la discussion sera les comptes de fin d'année préparés par le département de recherche de Fipe, qui ont souligné à quel point le coup le plus dur pour le secteur est venu des fermetures de novembre et décembre. Historiquement, pendant la période des vacances de décembre, pour une partie importante des locaux, il est possible de générer jusqu'à 20% du chiffre d'affaires annuel: au quatrième trimestre 2020, cependant, les pertes enregistrées ont dépassé 14 milliards d'euros, avec un moins 57,1 % du chiffre d'affaires, encore pire que ce qui s'était passé au deuxième trimestre, celui du premier lock-out.

Le président de Fipe Confcommercio Piacenza, Cristian Lertora, commente l'initiative menée au niveau national, par l'association professionnelle qui représente au niveau provincial, en choisissant comme bénéficiaire directement qui, au sein du gouvernement, est directement compétent pour les catégories productif. «Je suis tout à fait d'accord sur la nécessité d'aller directement parler au cœur décisionnel du pays, d'exposer une réalité aussi austère qu'elle soit, c'est-à-dire la moins dramatique. Le président national de la FIPE, Enrico Lino Stoppani, a reçu et rendu compte au ministre du Développement économique, ni plus ni moins que la somme de toutes les situations dramatiques que notre catégorie connaît localement, sans aucune exception ».

«Cette fin d'année, donc – poursuit-il -, a en fait sérieusement contrarié les efforts de l'été, qui avaient également conduit à une maîtrise partielle des pertes enregistrées lors du premier lock-out. Et maintenant, déjà avec les premières mesures en début d'année, le secteur ne semble pas en paix: à chaque fois que l'expiration des mesures restrictives approche, de nouvelles sont annoncées et on repart de zéro ». "Ainsi, la première disposition de 2021 a également ordonné la fermeture de bars et de restaurants le week-end, laissant les entrepreneurs dans l'incertitude à partir du 11 janvier, avec les dommages et les distorsions qui en résultent. Nous nous associons donc à la lettre envoyée par le Président Stoppani et demandons vivement au Gouvernement et au Comité technique scientifique de donner des perspectives différentes – plus sûres, mais aussi plus motivantes – à un secteur qui a payé un prix très élevé, mais surtout qui a déjà montré que pouvoir travailler en toute sécurité ».