Les grandes fédérations détiennent des budgets en 2021 malgré le succès de Covid-19 – Championnat d’Europe de Football 2020

70

Les grandes fédérations détiennent des budgets en 2021 malgré le succès de Covid-19

Les grandes fédérations tiennent leurs budgets malgré Covid-19. Malgré le coup dur que la pandémie a causé, de nombreuses fédérations des sports les plus pratiqués en Espagne et qui ont déjà rendu publiques leurs prévisions de revenus, ont réussi à augmenter ou réduire leur budget pour 2021 très peu par rapport à l'année précédente.

Pour de nombreuses entités, les contributions du Conseil supérieur du sport (CSD) ont un impact très substantiel sur leurs comptes et les contributions de l'organisme d'État pour l'exercice 2021 n'ont pas encore été rendues publiques, elles restent donc en suspens. Mais pour l'instant, Ce qui est perçu, c'est qu'en 2020 les budgets étaient déjà adaptés au contexte de la pandémie et qu'en 2021 la réduction n'a pas été plus importante, mais c'est l'inverse..

En réalité, les budgets de certaines entités, comme la Fédération royale espagnole de football (Rfef) ou la Fédération royale espagnole de handball (Rfebm), ont explosé en raison de l'organisation d'événements. Le Rfef, de loin le plus grand nombre de fédérés et le plus puissant économiquement, a vu son budget augmenter de 71,6%, à 375 millions d'euros. Le saut est dû principalement parce que c'est une année avec la compétition européenne pour l'équipe nationale espagnole, avec l'Eurocup prévue le 11 juin 2021, donc il entrera plus pour les droits et les parrainages.

Dans ce contexte, le résultat de l'exercice Rfef sera nul, car l'entité prévoit une dépense supplémentaire de quarante millions de dollars pour le démarrage des compétitions et des concentrations, plus les dépenses pour la Copa del Rey 2020 et l'aide aux clubs pour le Covid – 19.

La Rfebm, pour sa part, a estimé un budget à près de 21 millions d'euros, soit le double de celui de l'année précédente. L'entité estime que la Coupe du monde féminine, qui se tiendra du 2 au 19 décembre de cette année et sera basée dans plusieurs villes du pays, signifie augmenter vos revenus de dix millions d'euros. Comme le reste des fédérations, le Rfebm a résisté en termes de sponsors, mais attend de savoir si le public est autorisé dans les événements et la situation de la pandémie, car l'absence de billetterie cela peut être un coup dur pour les résultats.

Aussi, coïncidant avec l'année olympique, d'autres fédérations ont maintenu leur capacité d'investissement. C'est le cas de la Fédération royale espagnole de golf (Rfeg), qui a augmenté son budget de 3,9%, à 10,6 millions d'euros. Compte tenu de la célébration de la Solheim Cup et étant un sport pratiqué en plein air, c'est l'une des fédérations qui a le moins remarqué le coup du Covid-19. Gonzaga Escaurizada, président de l'entité, a reconnu le mois dernier que «le golf a eu une boom parce que les gens voulaient un sport de plein air, pas contagieux ", et qu'en fait, la même entité a remarqué combien d'athlètes qui l'avaient quitté, sont revenus pour la pratiquer.

La Fédération royale espagnole de volley-ball a également remarqué un coup de pouce, qui a présenté un budget de 3,5 millions d'euros, 9,4% de plus que l'an dernier. Fédération a remarqué une croissance significative des licences et des estimations pour passer d'environ 85 000 licences à environ 90 000. L'entité a pu revenir au niveau compétitif d'avant la pandémie et est sortie renforcée de la dépendance de 25% des ressources fournies par le Conseil Supérieur des Sports (CSD).

La fédération a également pu augmenter ses revenus car elle a su exploiter «un peu plus la question du mécénat», selon le président de l'entité, Agustín Martín. L'objectif de la fédération est d'avoir une économie durable, de dépendre des honoraires des fédérés et de leurs événements, en plus d'essayer de clôturer chaque année avec marge.

Les autres fédérations qui ont vu leur budget réduit l'ont fait de manière contenue. La Fédération royale espagnole d'athlétisme (Rfea) a réduit son budget de 7,6%, à 8,5 millions d'euros. L'entité présidée par Raúl Chapado, en plus de devoir s'adapter en termes de parrainage, dépend de la célébration des courses populaires et des compétitions nationales et internationales, avec une grande exposition aux décisions que peuvent prendre les communautés autonomes.

En fait, dans toutes les communautés où il y a eu des restrictions sévères, les licences ont diminué, tandis que dans les communautés où les gouvernements régionaux ont été plus permissifs, elles ont augmenté. De même, la Rfea a une certaine dépendance vis-à-vis des contributions du CSD.

Pour sa part, ila Fédération royale espagnole de cyclisme (Rfec) n'a constaté qu'un ajustement de 3,5%, jusqu'à 5,5 millions d'euros. L'entité présidée par José Luis López Cerrón et qui a clôturé 2020 avec un bénéfice de 400.000 euros, Il a remarqué un petit ajustement dans son budget car en novembre de l'année dernière il a reçu une injection du CSD pour un programme de technification.

Cette fédération a peu souffert, d'abord parce qu'étant un sport individuel et Extérieur, Il n'a pas tellement remarqué les effets de la pandémie et, deuxièmement, parce que le cyclisme est l'un des sports qui a le plus souffert. En fait, en 2020, le Tour de France, le Giro d'Italia et la Vuelta a España pourraient avoir lieu. Dans ce contexte, il faut ajouter que l'entité a réussi à réduire sa dépendance aux contributions publiques, de sorte que, si en 2012 ce montant représentait 80%, il ne représente plus que 50%.

Et pour les années à venir, il est ambitieux de continuer à réduire ce pourcentage, en augmentant ses propres ressources grâce à des initiatives axées sur le tourisme sportif, en promouvant des modalités qui rapprochent le sport des nouvelles générations et qui attireront tous ces pratiquants non compétitifs.

La Fédération espagnole de basket-ball (FEB) a également maintenu son budget pour cette année, de 17 millions d'euros, après avoir subi une réduction l'année précédente en raison de l'impact de la pandémie. "Nous sommes toujours très conservateurs avec le budget car nous n'aimons pas vendre de la fumée, nous aimons être stricts et cette année nous serons particulièrement prudents", a déclaré le président de l'entité en janvier., Jorge Garbajosa.

La fédération a présenté un budget déjà ajusté en 2020 après avoir investi trois millions d'euros pour minimiser l'impact économique sur les clubs et avoir réalisé un investissement pour diffuser les matchs Leb Gold et Silver.

De même, il existe d'autres fédérations plus modestes qui se trouvent dans une situation similaire. La Fédération royale espagnole des sports d'hiver (Rfedi) a pu maintenir un budget de 3,5 millions d'euros pour être un sport Extérieur, le même que la Fédération royale espagnole de voile (Rfev), qui présentera un budget similaire à celui de 4,7 millions d'euros en 2020 ou légèrement inférieur.

D'autre part, la Fédération espagnole de triathlon (Fetri) présentera un budget "expansif", selon les mots de son président, José Hidalgo, promu par le boom cyclisme et sports Extérieur. De même, la Fédération espagnole de badminton (Fesba) a présenté un budget de quatre millions d'euros, le double de celui de l'année dernière, pour l'organisation de la Coupe du monde de badminton à Huelva, la ville du joueur Carolina Marín, entre le 29 novembre et le 5 décembre .

Enfin, certaines des entités qui risquent le plus de souffrir du coup de la pandémie sont la Fédération royale de natation (Rfen) qui, aux portes des Jeux Olympiques, devra ajuster son budget de 30% en raison de la perte de licences et parrainages, ou la Fédération espagnole de rugby (FER), avec un chiffre d'affaires en baisse de 17%, à quatre millions d'euros.