Marchands sur la Pos "Pas de frais inférieurs à 25 euros et attention aux autres frais" – Championnat d’Europe de Football 2020

9
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode
ROME – Pour Confesercenti c'est "une bonne nouvelle", pour Confcommercio "une initiative appréciable": la pression que le gouvernement fait sur les banques pour obtenir une réduction des commissions sur les "micro-dépenses", pour une somme comprise entre 5 et 25 euros , est perçue avec une grande faveur par les opérateurs commerciaux, épuisés d'abord par le lock-out, puis par la crise de la consommation, qui peinent à décoller également en raison de l'incertitude liée à la phase économique. L'initiative, dans les intentions de l'exécutif, devrait encourager l'augmentation des paiements électroniques, à côté du «cashback», le remboursement de 300 euros prévu pour ceux qui choisissent les paiements numériques. Mais pour que la baisse des commissions rende les commerçants plus disposés à accepter des paiements via Pos même pour des montants modestes, les conditions contractuelles doivent être considérées dans leur ensemble, précise Ernesto Ghidinelli, responsable du crédit chez Confcommercio: «C'est souhaitable alors qu'on arrive vraiment à 25 euros, et ensuite qu'il s'agit d'une réduction efficace, et non masquée par des augmentations d'autres coûts. Il y a quelques années, les commissions des stations-service ont été annulées pour des paiements allant jusqu'à 100 euros, mais tous les frais accessoires de gestion du Pos ont été augmentés ».

Peur similaire de la part de Confesercenti: «La crainte est que plus tard, sans avoir à payer les commissions, les banques nous transfèrent les frais de service indus, et que ce que vous ne payez pas à la porte revienne par la fenêtre», confirme Mauro Bussoni, secrétaire organisation générale. Cependant, même la réduction des frais bancaires peut ne pas être suffisante pour encourager les paiements électroniques, même pour de petits montants. «Malheureusement, nous vivons dans un pays qui ne s'est pas encore adapté du point de vue des infrastructures. – souligne Bussoni – POS sans contact, qui vous permettent d'accélérer les micropaiements car vous n'avez pas à saisir le Pin, ont une distribution de 40%, le haut débit n'a pas encore une distribution généralisée ».

Une autre raison de perplexité, explique Ghidinelli, est que "tous les commerçants n'ont pas le même pouvoir de négociation avec les banques", et donc tout le monde n'aura pas les mêmes avantages pour la réduction des commissions. La semaine prochaine, le gouvernement rencontrera à nouveau les représentants des banques, et de sources du Palazzo Chigi, il a déjà été divulgué que la réduction à zéro des frais pour les dépenses jusqu'à 5 euros devrait être généralisée, alors que quelqu'un s'est montré prêt à aller jusqu'à 25. EUR. Quelqu'un a déjà pris l'initiative: d'Intesa Sanpaolo ils ont fait savoir "qu'ils avaient déjà pris la décision préconisée par le gouvernement, en supprimant les commissions pour les opérateurs commerciaux pour les paiements jusqu'à 10 €".

Ce qui est certain qu'il ne peut y avoir aucune imposition gouvernementale et aucun accord ne violerait la libre concurrence. Chaque banque évoluera selon ses propres possibilités et sa propre politique commerciale, explique Rosy Alaia, responsable des systèmes de paiement chez Banca Sella: «Nous sommes favorables aux initiatives du gouvernement pour consolider l'utilisation des cartes de paiement, et nous évaluons déjà les initiatives des activités commerciales et promotionnelles ciblées, par exemple en fonction du chiffre d'affaires, de la catégorie de produits et du type de commerçant. Les initiatives des banques, au sein du marché libre, peuvent contribuer à inciter davantage les paiements électroniques, en allant dans la direction souhaitée par l'exécutif ».