Marché de l'automobile, 2020 fermera à 1,4 million d'unités. Les incitations sont également de retour pour le diesel et l'essence – Championnat d’Europe de Football 2020

29

La volonté de quitter l'annus horribilis qui est sur le point de se terminer est également forte dans le secteur automobile. Pour le marché italien des quatre roues, en effet, 2020 a été un bain de sang: le calcul final de janvier à décembre est estimé à moins de 1,4 million d'unités, soit plus d'un demi-million d'immatriculations de moins qu'en 2019 ( avec le dernier mois de l'année qui devrait être archivé avec environ 80000 inscriptions contre 140000 en décembre 2019). Et si les chiffres ne sont plus tragiques, ce n'est que grâce aux éco-incitations, reconfirmées pour 2021.

La volonté du gouvernement est de soutenir un secteur qui ne peut se permettre un autre coup similaire. "Si un ralentissement brutal du marché comme celui survenu en 2020 devait se répéter, le secteur automobile national serait soumis à d'importantes pertes d'emplois", explique Michele Crisci, président d'Unrae (Union nationale des véhicules automobiles étrangers, soit les trois quarts du marché) : «30 000 travailleurs risqueraient le travail, surtout à l'expiration du bloc de licenciement».

C'est pourquoi Unrae a accueilli avec satisfaction le refinancement des éco-bonus, indispensables pour alimenter la demande et «lui donner force dans les premiers mois de 2021. Le refinancement des incitations signifie également que le gouvernement a compris l'importance stratégique de ce secteur, qui est crucial pour le pays. », Explique Crisci. De plus, le cri d'alarme avait été lancé conjointement par les industriels, la chaîne de concessionnaires et les syndicats.

La nouvelle série d'incitations mettra des ressources à la disposition du public pour 420 millions d'euros, dont 120 iront aux voitures avec des émissions de dioxyde de carbone jusqu'à 60 g / km (catégorie qui comprend les modèles hybrides 100% électriques et rechargeables), 250 millions pour les voitures avec des émissions de CO2 comprises entre 61 et 135 g / km (autres hybrides, mais aussi diverses voitures essence et diesel) et 50 millions pour les véhicules utilitaires légers (dont 10 millions réservés aux fourgons électriques).

Les fonds auront cependant des délais spécifiques: sous réserve d'épuisement, ceux des voitures de la gamme 61-135 g / km seront disponibles jusqu'au 30 juin 2021, tandis que ceux des voitures de la catégorie 0-60 g / km dureront jusqu'à la fin. 2021. Et pour accéder à la cotisation, les voitures ne pourront pas avoir un prix catalogue (accessoires inclus, mais hors TVA, Ipt et mise en circulation) supérieur à 50 mille euros pour les modèles 0-60 g / km et 40 mille pour ceux 61 à 135 g / km.

L'éco-incitatif sera plus élevé si, avec l'achat du nouveau véhicule, un véhicule immatriculé avant le 1er janvier 2011 est mis au rebut. Pour les voitures dont les émissions de CO2 sont comprises entre 0 et 20 g / km, l'incitation est 5 000 euros de l'Etat et 1 000 du concessionnaire; en cas de mise au rebut, les montants s'élèvent respectivement à 8 000 et 2 000 euros.

Pour les modèles dont les émissions sont comprises entre 21 et 60 g / km, l'État paie 2 500 euros et le concessionnaire 1 000 euros supplémentaires; en cas de mise au rebut, les montants s'élèvent respectivement à 4 500 et 2 000 euros. Enfin, si vous achetez une voiture dans la gamme 61-135 g / km, l'éco-incitation est fournie uniquement et exclusivement en cas de mise au rebut concomitante et s'élève à 1500 euros état plus 2000 chez le concessionnaire.