Micro-mobilité. Incitations hypothétiques de 200 euros pour l'achat de vélos et scooters – La Gazzetta dello Sport – Championnat d’Europe 2020

168

Le ministre De Micheli confirme l'hypothèse et donne un chiffre sur le montant possible de la facilitation pour encourager la micro-mobilité. Pendant ce temps, les magasins de vélos restent fermés

Une incitation de 200 euros pour l'achat de vélos, hoverboards, scooters et similaires. Le gouvernement discute de la proposition visant à réduire la circulation automobile et l'utilisation des transports publics dans la phase 2 de l'urgence du coronavirus. Cela a été confirmé par le ministre de l'Infrastructure et des Transports Paola De Micheli en répondant à l'heure des questions au Parlement. La nouveauté est dans la figure citée par le propriétaire du dicastère. Tout cela, comme le dénonce l'ANCMA, face au fait que les magasins de vente de vélos resteront fermés jusqu'au 18 mai par arrêté du Premier ministre du 26 avril.

"Bonne mobilité alternative"

"Des formes d'incitations économiques pour une mobilité alternative et durable sont à l'étude – a déclaré De Micheli au Parlement – par exemple, le chèque mobilité alternative de 200 € pour chaque achat de vélos, également avec assistance pédale, et principalement des véhicules à propulsion électrique, tels que des segways, des hoverboards et des scooters, ainsi que des services de mobilité partagée à usage individuel ".

"Piste cyclable"

Dans la phase 2, avec la reprise progressive des activités, la capacité des transports publics sera conditionnée par le respect des normes de sécurité imposées par les coronavirus. Il est donc facile de supposer une augmentation du trafic privé au milieu duquel les cyclistes ou les utilisateurs de scooters sont évidemment exposés à de plus grands dangers qu'un automobiliste ou un motocycliste. Voici donc, dans les déclarations du ministre, "la prédiction de piste cyclable et de lignes d'arrêt avancées pour la même chose par rapport aux voitures, pour protéger la sécurité des soi-disant utilisateurs de la route faibles. En outre, une plus grande présence, également dans les entreprises et les organismes publics comptant moins de responsable mobilité, qui pourra mieux identifier les modes de transport qui permettront la décongestion du trafic en milieu urbain ".

Nigrelli: "Réouverture et pistes cyclables"

«Nous remercions le ministre pour le travail sur les incitations – a commenté Piero Nigrelli, directeur du secteur du cycle d'Ancma -. Cependant, au mois de mai se concentre 20-25% du chiffre d'affaires Annuel ». Comme mentionné jusqu'au 17 mai, les magasins de vente de vélos seront fermés tandis que les ateliers de réparation de pédales pourront recommencer à partir du 4 mai. Nigrelli a également souligné qu'il en faudrait un de toute urgence modification du code de la route, possible avec un arrêté ministériel, afin que les administrations locales puissent créer, avec des appareils mobiles, des pistes cyclables pour la mobilité de la phase 2.

Le bonus du décret climat

En ce qui concerne les règles de circulation, Loi de finances 2020 avait introduit l'égalisation entre les vélos et les scooters avec une puissance allant jusqu'à 500 Watts. En janvier, cependant, une discussion s'est ouverte pour changer la norme qui est actuellement au point mort. Il n’est cependant pas clair si les incitations annoncées par De Micheli Bonus de mobilité prévu par le décret climat approuvé en décembre dernier. La loi, qui établit un fonds de 255 millions d'euros sur cinq ans, prévoit que jusqu'au 31 décembre 2021, toute personne qui abandonne une voiture polluante (jusqu'à 3 €) bénéficiera d'une remise de 1500 € pour l'achat de vélos à pédales. assisté ou pour les transports publics. L’incitation est réduite à 500 euros avec la mise au rebut des véhicules à deux roues homologués jusqu’à 2 euros. Cependant, le Bonus de Mobilité est désormais aussi en jeu pour le absence du décret mise en œuvre interministérielle.