On estime que 420 milliards d'euros perdus par les PME en 2020 – Foot 2020

9
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

On estime que 420 milliards d'euros perdus par les PME en 2020
 - Foot 2020

Le bureau d'études de CGIA de Mestre a estimé la valeur du chiffre d'affaires perdu par les entreprises italiennes en 2020 en raison de la pandémie à 420 milliards d'euros.

"Net des mesures de soutien à la liquidité et des effets du report des délais fiscaux – a dénoncé le coordinateur du département Recherche Paolo Zabeo – le gouvernement a alloué cette année 29 milliards d'euros d'aide directe aux entreprises touchées par la pandémie.

Cela signifie que face à un effondrement du chiffre d'affaires de l'ensemble du système économique de notre pays d'environ 420 milliards d'euros, le taux de couverture était proche de 7%. Un impact insignifiant, même si en valeur absolue le montant global des mesures mises en place pour soutenir les activités économiques a la taille d'un budget ".

Le Bureau d'études du CGIA tient à souligner que le chiffre d'affaires total des entreprises en Italie est estimé à un peu plus de 3 100 milliards d'euros.

Avec une perte de chiffre d'affaires par rapport à 2020 qui devrait être de l'ordre de 420 milliards, la contraction par rapport à 2019 serait donc de 13,5%.

Effondrement du chiffre d'affaires qui contrebalance partiellement les résultats obtenus par les multinationales du web présentes dans notre pays. En attendant les données annuelles, selon la zone d'étude de Mediobanca, au premier semestre 2020, le chiffre d'affaires des grandes entreprises numériques aurait enregistré une hausse de 17%.

"Il faut cependant préciser – a déclaré le secrétaire de la CGIA Renato Mason – que pour les PME qui ont subi les répercussions les plus négatives de la crise, ou celles qui ont dû fermer par décret, les rafraîchissements fournis par l'exécutif ont couvert en moyenne environ 25% de la baisse du chiffre d'affaires.

Les mesures de soutien au revenu approuvées par le gouvernement Conte ont en effet largement été destinées aux activités qui ont enregistré une baisse de chiffre d'affaires d'au moins 33% par rapport à 2019. Il n'en reste pas moins que même pour ces réalités, l'aide économique est états insuffisants ".

Les chaînes d'approvisionnement les plus touchées

Le bureau d'études CGIA de Mestre a également produit une liste des secteurs économiques les plus touchés. Les chaînes d'approvisionnement qui, à l'exclusion des hôtels, restaurants, bars, pâtisseries et toutes les activités qui gravitent autour du secteur du tourisme, sont indiquées dans:

– la chaîne de transport de passagers (taxi, NCC, bus); – la chaîne d'événements (congrès, mariages, cérémonies, etc.);

– les vendeurs ambulants, notamment avec des places de parking dans les zones affectées par les événements, les stades (les «foires»);

– les sports, loisirs, divertissements, discothèques, parcs d'attractions et à thème (y compris les activités de spectacles itinérants);

– la chaîne d'activités culturelles et de divertissement; – commerce de détail, en particulier vêtements, chaussures, livres et articles de papeterie;

– agents commerciaux.

Aides accordées aux entreprises

Le bureau d'études CGIA de Mestre rapporte également comment, hors les mesures mises en place pour soutenir la liquidité et les effets dus au report de certaines échéances fiscales, le gouvernement a mis cette année 29,1 milliards d'euros à la disposition des entreprises .

Le poste le plus important était celui des subventions non remboursables qui s'élevaient à 11,3 milliards d'euros. Viennent ensuite les «Autres interventions» qui s'élèvent à 7,9 milliards et l'annulation du solde 2019 et l'avance 2020 du PARI qui ont permis un allégement de 3,9 milliards.

Les avantages fiscaux pour l'assainissement et les loyers ont permis des économies de 5,1 milliards d'euros, tandis que l'annulation de l'IMU et de Tosap / Cosap a garanti une réduction de la fiscalité locale de 802 millions d'euros.