«Plus endetté et plus long» – Corriere.it – Euro 2020

111

Plus endetté pour la maison et plus. C'est la photo du Milanais qui ressort du dernier rapport du courtier web Mutuionline.it. Nous avons demandé aux données nationales d'ajouter une extrapolation à Milan et la comparaison donne l'occasion de tirer quelques considérations intéressantes sur les particularités de la ville.

Commençons par les décaissements de janvier 2020 à février 2021: ceux qui achètent une maison dans la ville ont obtenu en moyenne (les données fluctuent d'un trimestre à l'autre) de 183 à près de 197 milliers d'euros par rapport à des chiffres qui dans la même période ont enregistré des variations entre 122 et 139 milliers d'euros. La différence moyenne dans le temps d'environ 60 mille euros. Aux taux actuels, cela signifie qu'un Milanais dépense environ 280 euros de plus que la moyenne pour le paiement mensuel d'un prêt hypothécaire de 20 ans, et environ 200 euros de plus si un prêt à 30 ans est pris en charge. La nécessité de maintenir le versement aussi bas que possible vous oblige à demander des prêts plus longs: la durée préférée par les Milanais est de 25 à 30 ans: 36,8%, contre 19,4% au niveau national, où la fourchette la plus populaire est de 15 à 20 ans (37,2%).

Des montants plus élevés et des durées plus longues le rendent moins cher la subrogation, opération qui consiste à transférer le prêt à une autre banque sans que le transfert entraîne des frais pour le débiteur. Généralement, la subrogation se produit parce que le taux proposé par la banque à laquelle la dette est transférée est plus bas, mais il y a deux autres raisons. La possibilité de changer le type de remboursement (généralement de variable à fixe) et celle de modifier la durée du prêt. À partir des données de Mutuionline.it il ressort qu'à Milan, 54,5% des opérations de prêt de l'année dernière étaient une subrogation, contre 44% au niveau national. Il faut considérer que le poids des subrogations via le Web est bien supérieur à celui des branches physiques, car sur le réseau, il est plus facile de comparer les différentes conditions. Pour donner un exemple de la commodité de la subrogation, supposons un prêt de 200 mille euros souscrit à Milan il y a deux ans à 25 ans à 2,5%. Aujourd'hui, il paie un acompte de 897 euros. S'il est subrogé par un prêt de 23 ans (durée égale à la durée résiduelle) à 1,2%, le décaissement tombe à 772 euros par mois.

Enfin, concernant le type de taux aussi à Milan le choix du plébiscite fixe, même si le chiffre moyen pour 2020 est de 89,4%, inférieur au 95% national.

Difficile à faire prévisions sur le marché dans les prochains mois: parce qu'ils sont liés à ceux du marché immobilier, qui devra faire face à l'évolution de l'urgence sanitaire et économique. Il dit Roberto Anedda, responsable marketing de Mutuionline.it: En Italie et en particulier à Milan le confinement ils ont conduit à un ralentissement des ventes de logements mais dans une moindre mesure qu'on ne le craignait et les décaissements de prêts ont également mieux résisté que prévu. Les banques n'ont pas particulièrement resserré les lignes de crédit pour les personnes bien qualifiées; ceux qui sont mis à pied aujourd'hui n'obtiennent certainement pas d'hypothèque.

Selon une élaboration intéressante sur les données de la Banque d'Italie par Kiron Partner, société de courtage financier du groupe Tecnocasaà la fin de l'année dernière le montant total des prêts hypothécaires des ménages en cours à Milan et dans la province a atteint 37,3 milliards, en croissance supérieure à la moyenne nationale et en venant à représenter 11,1% du total de l'Italie: chaque 9 euro payé en Italie, un euro va à la zone métropolitaine. Commentant les chiffres, le président de Kiron Renato Landoni souligne à quel point le taux de croissance ralentit (0,6% au dernier trimestre 2020).

20 février 2021 | 22:14

© REPRODUCTION RESERVEE