Quatre millions d'euros d'Imu et Tari se sont échappés en deux ans – Euro 2020

107

Quatre millions d'euros d'Imu et Tari se sont échappés en deux ans - Euro 2020

En 2020, 500 mille euros sont retournés dans les caisses de la municipalité de Seravezza. Le maire: "Le nouveau responsable du recouvrement fait un excellent travail"

SERAVEZZA. . Il y a ceux qui ont agrandi leur logement mais qui n'ont pas communiqué l'augmentation des volumes, ou des logements qui sont devenus des résidences secondaires sans que le changement n'ait été signalé au bureau des impôts. Il existe de nombreuses formes d'évasion d'Imu et Tari, partielles ou totales, que la société de recouvrement de créances de la municipalité de Seravezza – Municipia Spa – a constatées surtout ces deux dernières années: pour Imu seul, le chiffre est d'un million et demi échappé émergé et vérifié. Au total, nous parlons de quatre millions d'euros.
Mais c'est surtout l'année dernière que les citoyens de Seravezza ont réglé leur dette envers la Municipalité en versant le montant record d'environ 500 mille euros dans les caisses, malgré les difficultés de la pandémie et la possibilité pour les utilisateurs de restituer les dossiers (comme accordé par décrets du Premier ministre du dernier gouvernement). De 2011 à 2015, la commune a constaté en moyenne des impôts municipaux impayés pour 170 mille euros. Au cours de cette période de cinq ans, la société de recouvrement de créances était Maggioli Tributi. Tous les cinq ans, après la fin de l'ère Equitalia, les autorités locales peuvent confier la mission à une nouvelle entreprise privée. L'administration Tarabella, avec une annonce publique, a choisi Municipia qui a apparemment fait sauter Seravezza dans la qualité, faisant des puces pour les résidents de Seravezzini ou les propriétaires de résidences secondaires à Seravezza.

Le résultat s'est surtout vu au cours des deux dernières années, lorsque l'entreprise est entrée à pleine capacité. «Le changement de directeur a impliqué une phase de transition et de milieu de travail – ont-ils expliqué à Il Tirreno du bureau des impôts de Seravezza -. Il fallait d'abord récupérer la base de données du concessionnaire précédent, puis tout croiser avec les données cadastrales et les photos de Google Maps, et avec les factures de services publics ». Tous ces travaux, rétroactifs jusqu'à cinq ans, ont produit une évasion vis-à-vis de l'IMU – sur laquelle ils se sont davantage concentrés – d'un million et 445 milliers d'euros pour 2019 et d'un million et 446 milliers d'euros en 2020. C'était un bond en avant. contre environ 350 000 en 2018. Il faut dire que tout n'est pas toujours payé pour les chiffres vérifiés, c'est la norme, car par exemple les utilisateurs peuvent faire des réclamations ou faire appel. Mais le chiffre significatif est que l'année dernière, pour l'IMU éludé, la municipalité a collecté 500 mille euros, un chiffre record, qui en 2019 était de 350 mille, contre 146 mille en 2018. Ensuite, l'IMU éludé doit être ajouté au Tari (Tax sur les déchets): 300 milliers d'euros de crédits constatés en 2020 et près de 750 milliers pour 2019, dont nous ne connaissons cependant pas la collecte effective.

En bref, on peut dire que Seravezza a mené une véritable guerre avec ceux qui ont été intelligents en matière d'impôts. «L'activité de la nouvelle société – a déclaré Tarabella – a eu un début comme toujours complexe, qui s'est ensuite traduit par un excellent travail de reprise qui a atteint pour la première fois le chiffre important d'un tiers collecté (par rapport à la somme constatée) entre l'ancien et le neuf d'environ 500 mille euros. Et donc de bonnes perspectives d'avenir. Les bureaux sont également satisfaits de la qualité et des réponses apportées par Municipia Spa.