Recommencer à l'automne, le championnat a joué dans l'année civile – Euro 2020

189
C'est peut-être l'œuf de Columbus, le moyen le plus logique et le moins dangereux de sortir du labyrinthe pandémique pour terminer la saison sans risques pour la santé et prendre le temps nécessaire pour planifier l'avenir calmement et raisonnablement, sans les contraintes de l'urgence et les inconnues que présente la coexistence étroite avec le virus: recommencez pas en mai, ou dès que Covid 19 accordera une trêve, mais bougez sans retarder encore la reprise à l'automne, quand on suppose que le pire sera derrière nous et les risques de contagion infiniment plus faibles pour que, entre autres, les équipes ne soient pas obligées de s'entourer d'un cordon sanitaire très rigide et de vivre dans une enceinte permanente le sprint finale des championnats et coupes. Il ne serait probablement pas encore possible d'ouvrir les stades au public, mais cela ne jouerait certainement pas avec l'angoisse de devoir s'arrêter à nouveau à tout moment en cas d'émergence d'un joueur infecté. Reprise à l'automne, la saison pourrait se terminer avant Noël, sans compression exagérée des dates ni obligation de jouer une fois tous les trois jours.

La prochaine saison, non plus 2020/21 mais 2021 et c'est tout, commencerait fin janvier-début février et suivrait le cours de l'année civile, avec deux variantes possibles: la suspendre à mi-chemin pour permettre le différend de Euro 2020, actuellement reprogrammé entre le 11 juin et le 11 juillet de l'année prochaine, ou le prolonger jusqu'à l'automne et déplacer le Championnat d'Europe en novembre-décembre, sensiblement aux mêmes dates que la Coupe du monde 2022 aura lieu (21). Novembre-décembre 18). Même en 2022, la saison suivrait donc l'année civile, pour se terminer par la Coupe du monde au Qatar.

Ce qui se passerait à partir de 2023 ne peut pas encore être dit, mais le La FIFA et les différentes confédérations les continents auraient tout le temps de calibrer les calendriers, en décidant bien à l'avance si, quand et comment revenir à l'analyse classique des saisons de football (août-mai) ou s'il fallait se convertir définitivement au cycle janvier-novembre. Bien entendu, les calendriers doivent être harmonisés au niveau européen. Mieux encore, à l'échelle mondiale.

La Fifa aime l'hypothèse, qui l'évalue avec intérêt, mais pas à l'UEFA (et pas même à Eca, l'association des clubs européens), qui préfère au contraire miser sur la possibilité de recommencer au plus vite pour se lancer dans cette maudite saison au plus vite, en slalomisant tous les risques que comporte cette phase de la pandémie.

Le report à l'automne aurait de grands avantages s'il était décidé immédiatement, permettant ainsi aux fédérations, ligues et clubs de planifier les prochains mois sans l'angoisse de l'urgence. Cela impliquerait de jouer au football pendant deux étés consécutifs, mais cet aspect est également considéré comme une opportunité: pour commencer, les joueurs préfèrent aller sur le terrain la nuit en juillet au lieu de janvier, puis les prochains seront des étés encore étranges car à cause du coronavirus nous ferons probablement de courtes vacances, nous abandonnerons les voyages lointains, nous resterons principalement en Italie (et les Français en France, les Espagnols en Espagne, les Allemands en Allemagne et ainsi de suite): le football deviendrait un merveilleux divertissement été.

Le dossier est sur les tables de la FIFA, de l'Uefa et de la Figc, qui sont cependant actuellement examinées principalement comme une solution de fortune au cas où Covid 19 ne lâcherait pas même au cours des deux prochains mois. Mais il y a ceux qui pensent que ce sera le résultat inévitable d'une attente que nous ne pouvons pas savoir combien de temps cela durera.

Même en cette période d'urgence, république est au service de ses lecteurs.
Pour comprendre le monde en mutation avec des nouvelles vérifiées, des enquêtes, des données mises à jour, sans jamais rien cacher aux citoyens

Carlo Verdelli
Abonnez-vous à REP: à 1 € par mois