Résultats FY2020 Paris Stock Exchange: TKTT – Foot 2020

36

Résultats de l'exercice 2020:
Amélioration séquentielle des ventes au S2 par rapport au S1
EBITDA ajusté stable et augmentation de la marge
Sdésendettement insignifiant

Résultats de l'exercice 2020

  • Chiffre d'affaires net en baisse de -12,0% en 2020 (-9,5% en organique) reflétant une reprise progressive au S2;
  • EBITDA ajusté stable par rapport à 2019 à 277,9 millions d'euros en 2020, dont 14,8 millions d'euros d'indemnisation d'assurance reçue en décembre au titre de la perte générée par la cyberattaque au T2;
  • Marge d'EBITDA ajusté en hausse de 120 points de base d'une année sur l'autre à 10,6% grâce à d'importantes économies de coûts et à une baisse des coûts d'achat;
  • 105,9 millions d'euros de réduction des coûts en 2020, dont un plan d'atténuation réussi et 46,3 millions d'euros d'économies structurelles;
  • Perte nette de -19,1 millions d'euros, impactée par une dépréciation hors trésorerie prise au S1 2020 (perte nette S1: -64,9 millions d'euros, résultat net S2: 45,8 millions d'euros);
  • Solide génération de cash-flow libre de 163,5 millions d'euros en 2020 contre 105,1 millions d'euros en 2019 (cash-flow libre hors mise en œuvre de programmes d'affacturage);
  • Réduction significative de la dette avec un levier financier publié à 1,7x (après application d'IFRS16) à fin décembre 2020 contre 2,3x à fin décembre 2019;
  • Des fondamentaux solides pour faire face à une reprise modérée et à une inflation des coûts d'achat en 2021, les objectifs financiers à moyen terme toujours valables mais l'environnement peut légèrement retarder le timing de l'objectif de rentabilité.

Paris, le 18 février 2021: Le Conseil de Surveillance de Tarkett (Euronext Paris: FR0004188670 TKTT) s’est réuni ce jour et a examiné les résultats consolidés du Groupe pour l’année 2020.

La Société utilise des indicateurs de performance alternatifs (non définis par les IFRS) décrits en annexe 1 (page 8):

Millions d'euros FY 2020 FY 2019 Changement
Ventes nettes 2 632,9 2 991,9 -12,0%
dont changement organique -9,5%
EBITDA ajusté 277,9 280,0 -0,8%
% ventes nettes 10,6% 9,4%
Résultat opérationnel (EBIT) 47,4 96,6 -50,9%
% ventes nettes 1,8% 3,2%
Bénéfice net attribuable aux propriétaires de la société -19,1 39,6 -148,2%
Bénéfice par action dilué (€) -0,29 0,61
Libre circulation des capitaux 163,5 231,4(1) -29,3%
Dette nette 473,8 636,8 -25,6%
Effet de levier (dette nette sur EBITDA ajusté) 1,7x 2,3x
(1) FCF a bénéficié de la mise en place de programmes d'affacturage en 2019 (contribution nette positive de 126,3 millions d'euros)

Commentant ces résultats, PDG Fabrice Barthélemy mentionné: «Notre performance en 2020 a démontré la résilience de notre modèle économique dans un environnement déprimé et complexe. Grâce à des économies structurelles et à un plan d'atténuation rigoureux, nous avons pu améliorer notre marge d'EBITDA ajusté de 120 points de base. Nous avons géré un fonds de roulement rigoureusement, généré un flux de trésorerie disponible solide et nous nous sommes considérablement désendettés. La demande a continué de se redresser séquentiellement au quatrième trimestre et nous avons terminé l'année dans une situation financière saine.
Nous avons mis en œuvre de nouvelles mesures de réduction des coûts au quatrième trimestre tout en poursuivant nos initiatives de changement pour gagner. Nous poursuivons également notre lutte contre l'urgence climatique à travers l'éco-conception, l'économie circulaire et la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre sur nos sites industriels. Nous sommes bien avancés sur notre feuille de route stratégique. L’environnement reste toutefois difficile et nous sommes prudents quant au rythme de la reprise. »

  1. Faits saillants du quatrième trimestre 2020

Le chiffre d'affaires à 619,1 millions d'euros, en baisse de -7,9% au T4 2020, reflète une variation organique de -1,5% et un impact de change négatif de -6,4% principalement tiré par le dollar américain, le rouble russe et le real brésilien.

La performance commerciale a été meilleure que prévu à la fin du T3, principalement grâce à la reprise des activités résidentielles dans toutes les zones géographiques et à une amélioration séquentielle de certains segments d'utilisateurs finaux commerciaux par rapport au T3 2020. La performance en Amérique du Nord a été soutenue par une base de comparaison favorable , les ventes ayant été pénalisées par des problématiques opérationnelles ERP en moquette commerciale au T4 2019. Les activités commerciales étaient encore à la traîne au cours du trimestre car les segments des utilisateurs finaux Workplace et Hospitality restaient pénalisés par la résurgence de la pandémie et le manque de visibilité qui les décisions d’investissement affectées. Comme prévu, le sport est resté orienté à la baisse au quatrième trimestre, le contexte ayant pesé négativement. Néanmoins, le taux de déclin organique dans le sport n'était qu'à un chiffre après une baisse à deux chiffres au troisième trimestre 2020.

en millions d'euros T4 2020 T4 2019 % changement Changement organique
EMEA 205,3 216,4 -5,1% -4,7%
Amérique du Nord 152,3 166,6 -8,5% -1,3%
CEI, APAC et LATAM 148,4 160,8 -7,7% + 6,3%
Des sports 113,0 128,7 -12,2% -6,2%
TOTAL 619,1 672,5 -7,9% -1,5%

L'EBITDA ajusté s'élève à 53,8 millions d'euros au T4 2020 contre 38,4 millions d'euros au T4 2019 avec une marge en hausse de 300 points de base à 8,7% grâce à:

  • Indemnisation d'assurance liée à la cyberattaque de mai 2020 de 14,8 millions d'euros, perçue avant la fin de l'année (reportée dans l'effet volume sur le pont FY 2020 page 10, mais présentée de façon ponctuelle au quatrième et deuxième pont page 11);
  • Forte réduction des coûts (+ 21,7 millions d'euros par rapport à 2019) et baisse des coûts d'achat (+ 4,6 millions d'euros par rapport au T4 2019);

La faiblesse du rouble a pénalisé les résultats et «l'effet lag» (net des effets prix et devises dans la CEI) a été négatif de -9,5 millions d'euros.

L'accent mis par le Groupe sur l'économie circulaire et la réduction de son empreinte carbone a été reconnu par des notations améliorées à la fois du Carbon Disclosure Project (note CDP: B – niveau de gestion par rapport à C en 2018) et EcoVadis (Platinum versus Silver, le plus haut niveau de durabilité notes qu'une entreprise peut atteindre).

L'intensité des émissions de GES de Tarkett (scope 1 et 2, kg CO2 e / m²) a été réduite de 27% entre 2010 et 2020 contre un objectif de -20%. Le contenu recyclé des matières premières s'est élevé à 13% en 2020 contre 10% en 2018.

  1. Résultats du Groupe FY 2020

Chiffre d'affaires net du Groupe s'élève à 2 632,9 millions d'euros, en baisse de -12,0% en publié et en baisse de -9,5% en organique. L'effet de change négatif a été principalement provoqué par le dollar américain et le rouble russe et s'est principalement produit au deuxième semestre. Les revenus à périmètre constant ont été impactés par la pandémie de Covid-19 pendant toute l'année. Au deuxième trimestre en particulier, les restrictions imposées en raison de la pandémie ont entraîné une baisse significative des ventes sur tous les marchés des revêtements de sol, tandis que Sports est resté plus résilient. L'activité a également été perturbée en mai par une cyberattaque. Au S2, les revenus ont bénéficié d'un rebond global des activités résidentielles et d'un niveau d'activité soutenu dans la Santé et l'Education, tandis que l'Hôtellerie et le Travail sont restés déprimés avec des décisions d'investissement reportées. L'évolution organique s'améliore séquentiellement par rapport au S1 (-12,6% au S1 / -6,7% au S2), mais reste pénalisée par la pandémie et les restrictions.

EBITDA ajusté s'élevait à 277,9 millions d'euros en 2020 contre 280,0 millions d'euros en 2019 et atteint 10,6% du chiffre d'affaires contre 9,4% en 2019. La baisse du premier semestre causée par l'éclatement de la pandémie et les premières vagues de strict lock-out ont été entièrement compensées par le résultat récupération en H2. Les résultats du second semestre 2020 ont été positivement impactés par les mesures de réduction structurelle des coûts et la baisse des prix des matières premières. De plus, l'EBITDA ajusté au S2 a bénéficié des indemnités de cyberassurance susmentionnées.

Le ralentissement de l'activité a pénalisé l'EBITDA ajusté de -113,5 millions d'euros en 2020 (dont + 14,8 millions d'euros d'indemnisation d'assurance compensant l'impact de la cyberattaque au T2).

En réponse à la crise sanitaire, Tarkett a mis en œuvre avec succès un plan d'atténuation tout en poursuivant ses initiatives Change to Win pour améliorer la structure des coûts. Au total, le Groupe a réalisé 105,9 millions d'euros d'économies de coûts en 2020.

Le plan d'atténuation a été mis en place au début de la pandémie et maintenu au cours de l'année. Ces mesures ont généré 44,3 millions d'euros d'économies, principalement au T2 et au T3, dont 14,6 millions d'euros ont été aidés par des mesures de soutien gouvernementales telles que des congés. En 2020, Tarkett a également poursuivi son programme d'optimisation sur ses sites de fabrication, tout en accélérant considérablement son plan d'économies de coûts SG&A. Les gains nets de productivité et les économies de coûts SG&A s'élèvent à 61,5 millions d'euros, dont 46,3 millions d'euros structurels.

Les coûts d'achat s'améliorent de + 28,5 millions d'euros par rapport à 2019, reflétant principalement la baisse des prix du pétrole. Les coûts de fret ont commencé à rebondir au quatrième trimestre et les transitaires ont été confrontés à un manque de capacité. La hausse des salaires s'est élevée à -15,1 millions d'euros en 2020, reflétant les augmentations salariales mises en œuvre fin 2019 et début 2020.

Les taux de change (hors pays de la CEI) ont eu un effet négatif de -9,1 millions d'euros. Cette baisse reflète la dépréciation du dollar par rapport à l'euro et les fluctuations négatives des taux de change en Norvège, en Suède et au Brésil. La plupart des augmentations de prix de vente mises en œuvre en 2020 visaient à atténuer cet impact négatif sur le change. Les hausses globales de prix ont généré un impact positif de + 8,5 millions d'euros. L'impact net des variations de change et de prix de vente dans les pays de la CEI a également eu un effet négatif (effet de décalage de – 13,5 millions d'euros) lié à la forte dévaluation du rouble.

EBIT s'élève à 47,4 millions d'euros et l'EBIT ajusté à 119,4 millions d'euros. Les ajustements de l'EBIT (détails en page 9) représentent 72,0 millions d'euros en 2020, contre 25,2 millions d'euros en 2019, dont 53,1 millions d'euros de dépréciations d'actifs hors trésorerie au S1 2020 principalement liées à l'impact de la pandémie sur l'activité Hospitalité. Ces ajustements incluent également des coûts de restructuration de 14,5 millions d'euros liés au programme global de réduction des coûts SG&A et à la rationalisation de l'empreinte en Europe.

Dépenses financières diminue de 5,1 millions d'euros pour atteindre 33,7 millions d'euros en 2020 en raison de la baisse des dettes financières portant intérêt et de la baisse des taux d'intérêt en dollars américains. Impôt sur le revenu la charge s'élève à 31,5 millions d'euros en 2020. Perte nette s'élève à – 19,1 millions d'euros, soit un BPA dilué de – 0,29 €. Retraité de l'effet après impôt de la dépréciation, le résultat net aurait atteint 22,7 millions d'euros contre 39,6 millions d'euros en 2019.

  1. Réduction des coûts

Réduction des coûts au T4 2020

Millions d'euros Gains de productivité et SG&A dont actions structurelles Mesures spécifiques à Covid-19 avec soutien gouvernemental Réduction totale des coûts
Bénéfice brut 4.6 4.6 0,0 0,1 4.6
SG&A 11,1 7,0 6,0 0,2 17,2
Total T4 15,7 11,6 6,0 0,4 21,7

Réduction des coûts pour l'exercice 2020

Millions d'euros Gains de productivité et SG&A dont actions structurelles Mesures spécifiques à Covid-19 avec soutien gouvernemental Réduction totale des coûts
Bénéfice brut 26,3 26,3 12,1 8,9 38,4
SG&A 35,2 20,0 32,2 5,8 67,4
Total exercice 61,5 46,3 44,3 14,6 105,9
  1. Chiffre d'affaires et EBITDA ajusté par segment

Pour faciliter la comparaison, les chiffres de 2020 sont présentés dans le tableau ci-dessous pour l'année complète et en annexe 3 (page 11) pour le second semestre.

Ventes nettes EBITDA ajusté
M € FY 2020 FY 2019 % changement Changement organique FY 2020 FY 2019 Marge FY 2020 Marge FY 2019
EMEA 823,6 910,4 -9,5% -9,0% 108,9 105,3 13,2% 11,6%
Amérique du Nord 694,5 825,9 -15,9% -14,1% 58,9 59,9 8,5% 7,3%
CEI, APAC et LATAM 527,9 587,4 -10,1% -2,0% 97,4 85,8 18,4% 14,6%
Des sports 586,9 668,1 -12,1% -11,1% 60,5 75,2 10,3% 11,2%
Coûts centraux (47,8) (46,1)
TOTAL 2 632,9 2 991,9 -12,0% -9,5% 277,9 280,0 10,6% 9,4%

Le segment EMEA a publié un chiffre d'affaires net de 823,6 millions d'euros, en baisse de -9,5% par rapport à 2019 et reflète principalement une baisse organique. Les tendances organiques se sont progressivement améliorées au S2 grâce à une croissance soutenue de l'activité résidentielle. Dans le secteur commercial, les produits résilients se sont également progressivement rétablis et sont soutenus par un niveau d'activité solide dans les secteurs de la santé et de l'éducation. La moquette commerciale est restée faible jusqu'à la fin de l'année, le segment Workplace étant toujours pénalisé par la pandémie et les restrictions. La France et l'Allemagne ont été à la pointe de l'amélioration séquentielle du S2.

Le segment EMEA a enregistré une marge d'EBITDA ajusté de 13,2%, en hausse de 160 points de base par rapport à 2019. La diminution des volumes a été entièrement compensée par la réduction des coûts et des coûts d'achat. En plus des actions structurelles au niveau des SG&A et de l'optimisation de l'empreinte, un plan d'atténuation vigoureux a été déployé fin mars et diverses mesures sont toujours en place.

Le segment nord-américain a publié un chiffre d'affaires net de 694,5 millions d'euros, en baisse de -15,9% par rapport à 2019, reflétant une évolution organique de -14,1% et un impact de change négatif lié à la dépréciation du dollar par rapport à l'euro sur la période. Après un bon début d'année, le niveau d'activité a fortement baissé au T2 2020 avec le déploiement de mesures d'abris sur place et des restrictions de déplacements. Les tendances des ventes se sont améliorées séquentiellement aux T3 et T4. Cette amélioration est attribuable à la croissance du secteur résidentiel résultant d'une augmentation de la rénovation domiciliaire et d'un certain succès commercial chez les principaux distributeurs. La reprise des activités commerciales a été lente et modérée au S2 et le niveau d'activité est resté faible. Le lieu de travail et l'hospitalité sont toujours pénalisés par le niveau élevé d'incertitudes sur H2.

La marge d'EBITDA ajusté s'établit à 8,5% en 2020 contre 7,3% en 2019. La forte baisse d'activité a été largement compensée par une forte réduction des coûts et une baisse des coûts d'achat. Les initiatives stratégiques de restauration de la rentabilité ont été complétées par une réduction drastique des dépenses discrétionnaires et des programmes de congés, principalement au T2 et au T3. Dans le cadre du plan de redressement, une organisation simplifiée a été mise en place et des actions supplémentaires de réduction des coûts sont en cours de déploiement.

Revenus nets en le segment CEI, APAC et Amérique latine s'élève à 527,9 millions d'euros, en baisse de -10,1% en 2020, en grande partie du fait de fluctuations défavorables des taux de change. La variation organique a été limitée à -2,0% en 2020. Après une forte baisse d'activité au T2, les ventes ont repris au S2 dans les pays de la CEI. Les volumes ont augmenté en raison d'une demande dynamique et d'une certaine reconstitution des stocks chez les distributeurs. Cette bonne performance a cependant été partiellement compensée par un effet de décalage négatif (effet net des ajustements de change et de prix de vente) au S2. Le niveau d'activité dans la région APAC est resté perturbé tout au long de 2020, certains pays ayant été touchés par la deuxième vague de Covid-19 et le verrouillage. Les tendances des revenus s'amélioraient cependant vers la fin de l'année, en particulier en Australie. Après une forte baisse au T2, les ventes se sont redressées en Amérique latine au S2 et ont enregistré une solide croissance, principalement tirée par des hausses de prix.

Le segment CEI, APAC et Amérique latine a enregistré une marge d'EBITDA ajusté de 18,4%, en hausse de 380 points de base. La rentabilité a augmenté grâce à un niveau de productivité élevé et à une réduction significative des coûts SG&A. Ces économies sont à la fois structurelles et liées à des mesures spécifiques de Covid-19, y compris une réduction temporaire des coûts salariaux. Les coûts d'achat ont également diminué tandis que leur localisation dans la CEI augmentait. Le retour à la croissance dans les pays de la CEI a également soutenu cette augmentation fulgurante de la marge.

Revenus nets de la Segment sportif s'établit à 586,9 millions d'euros, en baisse de -12,1% reflétant principalement la baisse du chiffre d'affaires à périmètre constant. Après avoir fait preuve d'une forte résistance au premier semestre grâce au niveau d'activité soutenu en Amérique du Nord malgré les mesures d'abris sur place, les ventes ont ralenti au deuxième semestre. L'entreprise a été affectée par des projets retardés, reportés ou annulés. Cela a principalement affecté le T3, qui est le trimestre de haute saison. Les tendances des ventes se sont améliorées séquentiellement au quatrième trimestre, mais l'activité est restée plus faible qu'en 2019. Le ralentissement a principalement affecté l'activité de gazon artificiel, qui avait été particulièrement dynamique ces dernières années. À l'inverse, l'activité des pistes de course a été solide et en hausse par rapport à 2019.

The Sports a enregistré une marge d'EBITDA ajusté de 10,3%, en baisse de 90 points de base par rapport à l'année dernière. Cependant, la marge de 2019 comprenait un règlement IP positif. Retraité de cet événement exceptionnel, la marge d'EBITDA ajusté est restée à peu près stable d'une année sur l'autre grâce à une réduction significative des coûts et à un niveau d'efficacité plus élevé.

  1. Bilan et tableau des flux de trésorerie

Dans le contexte de la pandémie Covid-19, Tarkett a pris toutes les mesures nécessaires pour protéger ses flux de trésorerie et adapter le Groupe à ce nouvel environnement.

Compte tenu de la baisse d'activité et de la gestion rigoureuse des créances clients et des stocks, Tarkett a enregistré une variation positive du besoin en fonds de roulement de 64,5 millions d'euros à fin décembre. Les programmes d'affacturage mis en place en 2019 ont représenté un financement net de 131,0 millions d'euros à fin décembre 2020, légèrement supérieur à fin décembre 2019 (126,3 millions d'euros). Les paiements des clients n'ont pas été réduits ou retardés de manière significative pendant toute l'année et le niveau de défaut est resté faible. Tarkett a réussi à gérer son inventaire jusqu'à 80 jours d'inventaire à fin 2020 contre 85 jours à fin 2019. Le fonds de roulement a atteint un point bas à la fin décembre.

Le Groupe a également réduit ses investissements comme annoncé en mars. Capex s'élève à 74,1 millions d'euros, en baisse de – 50,5 millions d'euros par rapport à l'année dernière. Après deux ans de hausse des investissements, le Groupe a décidé de se concentrer sur la productivité, la sécurité et des investissements ciblés en capacité dans LVT pour préserver ses flux de trésorerie.

Le déploiement réussi de ces actions a généré une libre circulation des capitaux de 163,5 millions d'euros en 2020, contre 105,1 millions d'euros en 2019 (le cash-flow libre publié de 231,4 millions d'euros en 2019 incluait un impact net de trésorerie positif de 126,3 millions d'euros lié à la mise en place de programmes d'affacturage).

Dette financière nette déclarée s'élève à 473,8 millions d'euros à fin décembre dont 108,8 millions d'euros de contrats de location comptabilisés en IFRS 16 (636,8 millions d'euros à fin décembre 2019). Cela représente un levier financier de 1,7x EBITDA ajusté à fin décembre 2020, qui se situe dans le bas de la fourchette cible à moyen terme fixée par le Groupe dans le cadre de la feuille de route stratégique Change to Win (entre 1,6x et 2,6x à chaque fin d'année pour la période 2019 -2022). La documentation des accords de financement de Tarkett prévoit que l'effet des changements de normes comptables doit être neutralisé. Ainsi, l'endettement net et l'EBITDA ajusté sont pris en compte avant IFRS 16 et le ratio de levier applicable est de 1,5x à fin décembre 2020.

En plus de cette structure financière saine, le Groupe a terminé l'année avec une fort niveau de liquidité de 1 203,6 millions d'euros, dont 875,0 millions d'euros de lignes de crédit engagées non tirées et 328,6 millions d'euros de trésorerie.

  1. Dividende, remboursement envisagé par PGE

Compte tenu des derniers développements concernant la situation Covid-19, le niveau d'incertitude à court terme reste élevé et la direction restera concentrée sur la préservation de ses flux de trésorerie en 2021. De plus, la politique de distribution est basée sur un ratio de distribution composé entre 30% et 50% du résultat net publié, ce qui est une perte en 2020. Le Directoire ne proposera donc pas en 2021 le versement d'un dividende au titre de 2020.

Compte tenu de sa situation financière saine en fin d'année, le Groupe envisage de rembourser le prêt de 70 millions d'euros, accordé dans le cadre du «PGE» (garanti par l'État). Le Groupe envisagera également de saisir des opportunités d'acquisitions ciblées pour se renforcer dans des zones géographiques ou des segments sélectionnés, ou pour soutenir sa stratégie de développement durable.

  1. Perspectives 2021 et objectifs financiers à moyen terme

Des incertitudes importantes demeurent au niveau de la demande avec la résurgence de la pandémie et les nouvelles mesures de restriction prises au niveau mondial depuis janvier 2021. Le manque de visibilité pèse donc toujours sur les décisions d'investissement et les ventes dans plusieurs segments d'utilisateurs finaux (principalement Workplace, Hospitality, Sports). En conséquence, Tarkett s'attend à ce que la reprise des volumes s'étale sur 2021 et 2022, ce qui implique une reprise modérée des activités commerciales en 2021. Le secteur résidentiel devrait continuer de croître, mais pourrait être affecté si des mesures de verrouillage plus strictes étaient appliquées dans les régions clés de Tarkett. Le Groupe anticipe un T1 difficile et une amélioration de l'activité à partir du T2.

Dans ce contexte, Tarkett poursuit sa feuille de route stratégique Change to Win pour favoriser une croissance durable et gagner des parts de marché. Cela comprend la mise à profit de sa forte expertise dans les domaines de la santé et de l'éducation, le développement de solutions innovantes et respectueuses de l'environnement pour les clients et l'accélération du déploiement d'un programme ambitieux d'économie circulaire.

Le Groupe maintiendra une forte concentration sur l'amélioration de sa base de coûts et poursuivra ses initiatives de réduction des coûts, y compris des actions sur son empreinte industrielle et sur la base de coûts SG&A. Tarkett prévoit que ses actions structurelles permettront de réaliser 30 millions d'euros d'économies de coûts par an en 2021 et 2022.

La baisse des coûts d'achat a soutenu la reprise des marges en 2020, mais la remontée des prix du pétrole au second semestre 2020, une reprise de la demande et une réduction des capacités des fournisseurs entraîneront une inflation des matières premières à partir du premier semestre 2021. Les coûts de fret sont également en hausse. Les tendances actuelles suggèrent que l'inflation des coûts d'achat pourrait avoir un impact négatif sur l'EBITDA ajusté 2021 d'environ 50 millions d'euros. Tarkett gérera de manière proactive ses prix de vente pour atténuer cette inflation.

Compte tenu du manque de visibilité sur la reprise économique, Tarkett restera également sélectif dans ses dépenses en capital et surveillera étroitement son fonds de roulement. La priorité du Groupe est de préserver sa trésorerie pour nourrir son développement.

Les objectifs financiers à moyen terme du Groupe restent valables grâce aux initiatives stratégiques Change to Win:

  • Croissance organique TCAC supérieur à la croissance du PIB dans les régions clés en 2021 et 2022;
  • Marge d'EBITDA ajustée d'au moins 12% d'ici 2022;
  • Dette nette sur EBITDA ajusté compris entre 1,6x et 2,6x à chaque fin d'année 2021 et 2022.

L'augmentation des coûts d'achat combinée aux incertitudes sur le rythme de la reprise pourrait légèrement retarder le calendrier de l'objectif de rentabilité. Néanmoins, les performances de 2020 ont démontré la résilience du modèle économique de Tarkett dans un environnement déprimé.

Ce communiqué de presse peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives ne constituent pas des prévisions concernant les résultats ou tout autre indicateur de performance, mais plutôt des tendances ou des objectifs. Ces déclarations sont par nature soumises à des risques et incertitudes tels que décrits dans le rapport annuel de la Société déposé en France auprès de l’Autorité des marchés financiers disponible sur son site Internet (www.tarkett.com). Ces déclarations ne reflètent pas les performances futures de la société, qui peuvent différer considérablement. La Société ne s'engage pas à fournir des mises à jour de ces déclarations.

Les états financiers consolidés audités des résultats 2020 sont disponibles sur le site Web de Tarkett https://www.tarkett.com/en/content/financial-results. La conférence des analystes se tiendra le vendredi 19 février 2021 à 11h00 CET et un service de webdiffusion audio (en direct et en lecture) ainsi que la présentation des résultats seront disponibles sur https://www.tarkett.com/en/content/financial-results.

Calendrier financier

  • 28 avril 2021: Résultats financiers T1 2021 – communiqué de presse après bourse sur le marché parisien et conférence téléphonique le lendemain matin
  • 30 avril 2021: Assemblée générale annuelle
  • 29 juillet 2021: Résultats financiers S1 2021 – communiqué de presse après bourse sur le marché parisien et conférence téléphonique le lendemain matin
  • 28 octobre 2021: Résultats financiers T3 2021 – communiqué de presse après bourse sur le marché parisien et conférence téléphonique le lendemain matin

Contact Relations Investisseurs
Tarkett – Emilie Megel – emilie.megel@tarkett.com

Contacts médias
Tarkett – Véronique Bouchard Bienaymé – communication@tarkett.com
Brunswick – tarkett@brunswickgroup.com – Tél.: +33 (0) 1 53 96 83 83

À propos de Tarkett

Avec une histoire de 140 ans, Tarkett est un leader mondial des solutions innovantes de revêtement de sol et de surfaces sportives, avec un chiffre d'affaires de 2,6 milliards d'euros en 2020. Offrant une large gamme de produits comprenant le vinyle, le linoléum, le caoutchouc, la moquette, le bois, le stratifié, artificiel gazon et pistes d'athlétisme, le Groupe sert des clients dans plus de 100 pays à travers le monde. Tarkett compte plus de 12 000 employés et 33 sites industriels et vend chaque jour 1,3 million de mètres carrés de revêtements de sol pour les hôpitaux, les écoles, les logements, les hôtels, les bureaux, les magasins et les terrains de sport. Engagé à changer la donne avec l'économie circulaire et à réduire son empreinte carbone, le Groupe a mis en place une stratégie d'éco-innovation basée sur les principes Cradle to Cradle®, en parfaite adéquation avec sa démarche Tarkett Human-Conscious Design ™. Tarkett est coté sur Euronext Paris (compartiment B, ISIN: FR0004188670, mnémonique: TKTT). www.tarkett.com
Annexes

1. Tableau de rapprochement des indicateurs de performance alternatifs (non définis par les IFRS)

  • Croissance organique mesure la variation du chiffre d'affaires par rapport à la même période de l'année précédente, à périmètre et taux de change constants. L’effet du taux de change est calculé en appliquant les taux de change de l’année précédente aux ventes de l’année en cours et en calculant la différence par rapport aux ventes de l’année en cours. Il inclut également l'impact des ajustements de prix dans les pays de la CEI destinés à compenser les mouvements des monnaies locales par rapport à l'euro. En 2020, un ajustement négatif des prix de vente de -34,9 millions d'euros a été exclu de la croissance organique et inclus dans les effets de change.
  • Les effets de portée reflètent:
    • chiffre d'affaires de l'exercice en cours des entités non incluses dans le périmètre de consolidation au cours de la même période de l'année précédente, jusqu'à la date anniversaire de leur consolidation;
    • la réduction du chiffre d'affaires liée aux activités abandonnées qui ne sont pas incluses dans le périmètre de consolidation de l'année en cours mais ont été incluses dans le chiffre d'affaires de la même période de l'année précédente, jusqu'à la date anniversaire de leur cession.
Millions d'euros Ventes nettes 2020 Ventes nettes 2019 % Changement dont effet taux de change dont effet de portée dont changement organique
Groupe Total – Q1 610,7 624,5 -2,2% 0,7% -2,9%
Groupe Total – T2 626,3 787,8 -20,5% -0,2% -20,3%
Groupe Total – S1 1 237,0 1 412,3 -12,4% 0,2% -12,6%
Groupe Total – T3 776,9 907,1 -14,4% -3,8% -10,5%
Groupe Total – T4 619,1 672,5 -7,9% -6,4% -1,5%
Groupe Total – H2 1 395,9 1 579,6 -11,6% -4,9% -6,7%
Groupe total – FY 2 632,9 2 991,9 -12,0% -2,5% -9,5%
  • EBITDA ajusté représente le résultat opérationnel avant amortissements et ajustements suivants: coûts de restructuration, gains ou pertes sur cessions d'actifs significatifs, provisions et reprises de provisions pour dépréciation, coûts liés aux regroupements d'entreprises et aux réorganisations juridiques, charges liées aux paiements fondés sur des actions et autres dépenses ponctuelles considérées comme non récurrentes de par leur nature.
Millions d'euros EBITDA ajusté 2020 EBITDA ajusté 2019 % de marge 2020 % de marge 2019
Groupe Total – Q1 42,4 43,1 6,9% 6,9%
Groupe Total – T2 64,0 83,6 10,2% 10,6%
Groupe Total – S1 106,3 126,7 8,6% 9,0%
Groupe Total – T3 117,7 115,0 15,2% 12,7%
Groupe Total – T4 53,8 38,4 8,7% 5,7%
Groupe Total – H2 171,5 153,4 12,3% 9,7%
Groupe total – FY 277,9 280,0 10,6% 9,4%
Millions d'euros Dont ajustements
FY 2020 Restructuration Gains / pertes sur ventes / dépréciations d'actifs Combinaison commerciale Paiements fondés sur des actions Autre FY 2020 ajusté
Résultat des activités opérationnelles (EBIT) 47,4 14,5 49,6 2,4 2,9 2,7 119,4
Dépréciation et amortissement 211,2 (1,2) (53,1) (0,2) 156,8
Autres 1,7 1,7
EBITDA 260,2 13,3 (3,5) 2,4 2,9 2.6 277,9
  • Libre circulation des capitaux est définie comme la trésorerie générée par les opérations, majorée ou diminuée des entrées et sorties suivantes: fonds de roulement, paiement des dettes de location, dépenses d'investissement nettes (investissements en immobilisations corporelles et immobilisations incorporelles nettes du produit), intérêts nets reçus (payés), impôts sur les bénéfices nets perçus (payés) et divers éléments d'exploitation reçus (payés).
Tableau de réconciliation du cash-flow libre (en millions d'euros) FY 2020 FY 2019
Cash flow opérationnel avant variation du fonds de roulement excl. paiement des dettes de location 248,6 258,2
Paiement des dettes de location (31,7) (31,9)
Cash flow opérationnel avant les variations du fonds de roulement 216,9 226,3
Modification du fonds de roulement 64,5 190,4
dont changement des programmes d'affacturage (mis en œuvre en 2019) 4.7 126,3
Intérêts nets payés (17,4) (22,7)
Taxes nettes payées (25,1) (30,5)
Divers éléments opérationnels payés (6,4) (11,2)
Acquisitions d'immobilisations incorporelles et d'immobilisations corporelles (74,1) (124,6)
Produit de la vente d'immobilisations corporelles 5.2 3,7
Libre circulation des capitaux 163,5 231,4
  • Dette financière nette est défini comme la somme des prêts et emprunts portant intérêt moins la trésorerie et les équivalents de trésorerie. Les prêts et emprunts portant intérêt font référence à toute obligation de remboursement des fonds reçus ou levés qui sont assujettis à des conditions de remboursement et à des frais d'intérêt. Ils incluent également les contrats de location comptabilisés en IFRS 16 depuis l'application de la nouvelle norme comptable.
  • Levier financier est le ratio de l'endettement financier net incluant les contrats de location comptabilisé en IFRS 16 sur l'EBITDA ajusté LTM (douze derniers mois). Selon notre documentation de crédit, le levier financier retenu pour la clause restrictive est calculé avant l'application d'IFRS16. À la fin du mois de décembre, le levier financier selon notre documentation de crédit était de 1,5x l'EBITDA ajusté. Le pacte attaché à nos emprunts bancaires est testé à la fin de chaque semestre. Il doit être inférieur à 3,5x à la fin juin et inférieur à 3,0x à la fin décembre. Tarkett a obtenu de ses partenaires bancaires un pacte de vacances pour 2020. Les placements privés Schuldschein sont également soumis à un pacte de levier. Il n'est testé qu'une fois par an et doit être inférieur à 3,0x à la fin du mois de décembre.
en millions d'euros décembre
2020
juin
2020
décembre
2019
Dette financière nette UNE 473,8 728,0 636,8
dont passifs locatifs 108,8 97,2 89,3
Dette financière nette avant IFRS 16 B 364,9 630,8 547,5
EBITDA LTM ​​ajusté C 277,9 259,7 280,0
Frais de location (30,9) (31,2) (30,5)
EBTIDA LTM ​​ajusté avant IFRS16 247,0 228,5 249,5
Levier financier (1) A / C 1,7x 2,8x 2,3x
Effet de levier selon le pacte (2) B / D 1,5x 2,8x 2,2x
Impact IFRS16 sur le levier 0,2x 0,0x 0,1x
(1) Référence pour l'objectif à moyen terme: effet de levier compris entre 1,6x et 2,6x en fin d'année
(2) La documentation de crédit est basée sur les normes comptables pré-IFRS 16 – la convention est 3,5x fin juin, 3,0x fin décembre

2. Ponts (en millions d'euros) FY 2020, S2 et T4

L'indemnisation de la cyber-assurance à la cyberattaque du T2 2020 s'élève à 14,8 millions d'euros, a été payée avant la fin de l'année par l'assureur et donc incluse dans l'EBITDA ajusté du T4. Bien qu'il soit présenté comme un événement ponctuel dans les ponts H2 et Q4, il a été rapporté dans l'effet volume dans l'analyse des ponts FY 2020, car la cyberattaque a eu un impact sur les performances du premier semestre.

Chiffre d'affaires par segment EBITDA ajusté par nature
FY 2019 280,0
+/- Volume / Mix (113,5)
+/- Prix de vente 8,5
+/- Matière première et fret 28,5
+/- Augmentation de salaire (15,1)
+/- Productivité 26,3
+/- SG&A 35,2
+/- mesures Covid-19 44,3
+/- One-offs et autres 6.2
+/- Effet de décalage des prix de vente dans la CEI (13,5)
+/- Devises (9,1)
FY 2020 277,9
FY 2019 2 991,9
+/- EMEA (81,6)
+/- Amérique du Nord (116,4)
+/- CEI, APAC et LATAM (11,5)
+/- Sports (74,3)
FY 2020 LfL 2 708,0
+/- Devises (40,3)
+/- Effet de décalage des prix de vente dans la CEI (34,9)
FY 2020 2 632,9

2e semestre 2019 1 579,6
+/- EMEA (20,7)
+/- Amérique du Nord (36,6)
+/- CEI, APAC et LATAM 13.2
+/- Sports (61,6)
H2 2020 LfL 1 473,8
+/- Devises (47,0)
+/- Effet de décalage des prix de vente dans la CEI (30,9)
2e semestre 2020 1 395,9
2e semestre 2019 153,4
+/- Volume / Mix (50,5)
+/- Prix de vente 7,2
+/- Matière première et fret 20,0
+/- Augmentation de salaire (7,2)
+/- Productivité 16,5
+/- SG&A 23,1
+/- mesures Covid-19 15,5
+/- One-offs et autres 13,5
+/- Effet de décalage des prix de vente dans la CEI (12,9)
+/- Devises (7,0)
2e semestre 2020 171,5
T4 2019 38,4
+/- Volume / Mix (16.1)
+/- Sales Pricing 4.5
+/- Raw Material & Freight 4.6
+/- Salary Increase (3.4)
+/- Productivity 4.6
+/- SG&A 11.1
+/- Covid-19  measures 6,0
+/- One-offs & Others 15.7
+/- Selling price lag effect in CIS (9.5)
+/- Currencies (2.0)
Q4 2020 53.8
Q4 2019 672.5
+/- EMEA (10.1)
+/- North America (2.1)
+/- CIS, APAC & LATAM 10.2
+/- Sports (8.1)
Q4 2020 LfL 662.3
+/- Currencies (25.5)
+/- Selling price lag effect in CIS (17.8)
Q4 2020 619.1

3. H2 Net revenues and Adjusted EBITDA by division

Ventes nettes EBITDA ajusté
€m H2 2020 H2 2019 % change Organic change H2 2020 H2 2019 H2 2020 Margin H2 2019 Margin
EMEA 417.9 440.0 -5.0% -4.7% 62.3 49.3 14,9% 11.2%
Amérique du Nord 336.8 396.7 -15.1% -9.1% 26.3 18.5 7.8% 4.7%
CIS, APAC & LATAM 305.0 331.8 -8.1% +4.0% 65.0 53.4 21.3% 16.1%
Des sports 336.2 411.1 -18.2% -15.0% 41.5 57.1 12.4% 13.9%
Central Costs (23.7) (24.9)
TOTAL 1,395.9 1,579.6 -11.6% -6,7% 171.5 153.4 12.3% 9.7%

Appendices

1. Reconciliation table for alternative performance indicators (not defined by IFRS)

  • Organic growth measures the change in net sales as compared with the same period in the previous year, at constant scope of consolidation and exchange rates. The exchange rate effect is calculated by applying the previous year’s exchange rates to sales for the current year and calculating the difference as compared with sales for the current year. It also includes the impact of price adjustments in CIS countries intended to offset movements in local currencies against the euro. In 2020, a -€34.9 million negative adjustment in selling prices was excluded from organic growth and included in currency effects.
  • Scope effects reflect:
    • current-year sales for entities not included in the scope of consolidation in the same period in the previous year, up to the anniversary date of their consolidation;
    • the reduction in sales relating to discontinued operations that are not included in the scope of consolidation for the current year but were included in sales for the same period in the previous year, up to the anniversary date of their disposal.
€ million Net Sales 2020 Net Sales 2019 % Change o/w exchange rate effect o/w scope effect o/w organic change
Total Group – Q1 610.7 624.5 -2,2% 0,7% -2.9%
Total Group – Q2 626.3 787.8 -20.5% -0.2% -20.3%
Total Group – H1 1,237.0 1,412.3 -12.4% 0,2% -12.6%
Total Group – Q3 776.9 907.1 -14.4% -3.8% -10.5%
Total Group – Q4 619.1 672.5 -7.9% -6,4% -1.5%
Total Group – H2 1,395.9 1,579.6 -11.6% -4.9% -6,7%
Total Group – FY 2,632.9 2,991.9 -12.0% -2.5% -9.5%
  • EBITDA ajusté is the operating income before depreciation, amortization and the following adjustments: restructuring costs, gains or losses on disposals of significant assets, provisions and reversals of provisions for impairment, costs related to business combinations and legal reorganizations, expenses related to share-based payments and other one-off expenses considered non-recurring by their nature.
€ million Adjusted EBITDA 2020 Adjusted EBITDA 2019 % margin 2020 % margin 2019
Total Group – Q1 42.4 43.1 6,9% 6,9%
Total Group – Q2 64.0 83.6 10.2% 10,6%
Total Group – H1 106.3 126.7 8.6% 9.0%
Total Group – Q3 117.7 115.0 15.2% 12.7%
Total Group – Q4 53.8 38.4 8,7% 5.7%
Total Group – H2 171.5 153.4 12.3% 9.7%
Total Group – FY 277.9 280.0 10,6% 9.4%
€ million Of which adjustments
FY 2020 Restucturing Gains/losses on assets sales / impairment Business combination Share-based payments Autre FY 2020 adjusted
Result from operating activities (EBIT) 47.4 14.5 49.6 2,4 2,9 2.7 119.4
Depreciation and amortization 211.2 (1.2) (53.1) (0.2) 156.8
Autres 1,7 1,7
EBITDA 260.2 13.3 (3.5) 2,4 2,9 2.6 277.9
  • Free cash-flow is defined as cash generated from operations, plus or minus the following inflows and outflows: working capital, payment of lease liabilities, net capital expenditure (investments in property plant and equipment and intangible assets net from proceeds), net interest received (paid), net income taxes collected (paid), and miscellaneous operating items received (paid).
Free cash-flow reconciliation table (in € million) FY 2020 FY 2019
Operating cash flow before working capital changes excl. payment for lease liabilities 248.6 258.2
Payment of lease liabilities (31.7) (31.9)
Operating cash flow before working capital changes 216.9 226.3
Change in working capital 64.5 190.4
o/w change in factoring programs (implemented in 2019) 4.7 126.3
Net interest paid (17.4) (22.7)
Net taxes paid (25.1) (30.5)
Miscellaneous operational items paid (6.4) (11.2)
Acquisitions of intangible assets and property, plant and equipment (74.1) (124.6)
Produit de la vente d'immobilisations corporelles 5.2 3,7
Free Cash Flow 163.5 231.4
  • Net financial debt is defined as the sum of interest bearing loans and borrowings minus cash and cash equivalents. Interest bearing loans and borrowings refer to any obligation for the repayment of funds received or raised that are subject to repayment terms and interest charges. They also include leases recorded under IFRS 16 since the application of the new accounting norm.
  • Financial leverage is the ratio financial net debt including leases recorded under IFRS 16 to LTM (Last Twelve Months) Adjusted EBITDA. As per our credit documentation, the financial leverage retained for the covenant is calculated before IFRS16 application. At the end of December, the financial leverage as per our credit documentation was at 1.5x Adjusted EBITDA. The covenant attached to our bank loans is tested at the end of each semester. It has to be below 3.5x at end of June and below 3.0x at end December. Tarkett obtained from its banking partners a covenant holiday for 2020. The Schuldschein private placements are also subject to a leverage covenant. It is only tested once a year and has to be below 3.0x at the end of December.
in million euros December
2020
June
2020
December
2019
Net Financial Debt UNE 473.8 728.0 636.8
of which Lease Liabilities 108.8 97.2 89.3
Net Financial Debt pre-IFRS 16 B 364.9 630.8 547.5
Adjusted EBITDA LTM C 277.9 259.7 280.0
Lease charge (30.9) (31.2) (30.5)
Adjusted EBTIDA LTM pre-IFRS16 247.0 228.5 249.5
Financial leverage (1) A/C 1.7x 2.8x 2.3x
Leverage as per covenant (2) B/D 1.5x 2.8x 2.2x
IFRS16 impact on leverage 0.2x 0.0x 0.1x
(1) Reference for Mid-term objective: Leverage comprised between 1.6x and 2.6x at year-end
(2) Credit documentation is based on pre-IFRS 16 accounting standards – Covenant is 3.5x end of June, 3.0x end of December

2. Bridges (€ million) FY 2020, H2 and Q4

Cyber-insurance indemnification to Q2 2020 cyberattack amounted to €14.8 million, was paid before year end by the insurer and therefore included in Q4 Adjusted EBITDA. While it is presented as a one-off in H2 and Q4 bridges, it has been reported in the volume effect in FY 2020 bridge analysis, as the cyber-attack impacted H1 performance.

Net sales by segment Adjusted EBITDA by nature
FY 2019 280.0
+/- Volume / Mix (113.5)
+/- Sales Pricing 8,5
+/- Raw Material & Freight 28.5
+/- Salary Increase (15.1)
+/- Productivity 26.3
+/- SG&A 35.2
+/- Covid-19 measures 44,3
+/- One-offs & Others 6.2
+/- Selling price lag effect in CIS (13.5)
+/- Currencies (9.1)
FY 2020 277.9
FY 2019 2,991.9
+/- EMEA (81.6)
+/- North America (116.4)
+/- CIS, APAC & LATAM (11.5)
+/- Sports (74.3)
FY 2020 LfL 2,708.0
+/- Currencies (40.3)
+/- Selling price lag effect in CIS (34.9)
FY 2020 2,632.9

H2 2019 1,579.6
+/- EMEA (20.7)
+/- North America (36.6)
+/- CIS, APAC & LATAM 13.2
+/- Sports (61.6)
H2 2020 LfL 1,473.8
+/- Currencies (47.0)
+/- Selling price lag effect in CIS (30.9)
H2 2020 1,395.9
H2 2019 153.4
+/- Volume / Mix (50.5)
+/- Sales Pricing 7.2
+/- Raw Material & Freight 20.0
+/- Salary Increase (7.2)
+/- Productivity 16.5
+/- SG&A 23.1
+/- Covid-19 measures 15.5
+/- One-offs & Others 13,5
+/- Selling price lag effect in CIS (12.9)
+/- Currencies (7.0)
H2 2020 171.5
Q4 2019 38.4
+/- Volume / Mix (16.1)
+/- Sales Pricing 4.5
+/- Raw Material & Freight 4.6
+/- Salary Increase (3.4)
+/- Productivity 4.6
+/- SG&A 11.1
+/- Covid-19  measures 6,0
+/- One-offs & Others 15.7
+/- Selling price lag effect in CIS (9.5)
+/- Currencies (2.0)
Q4 2020 53.8
Q4 2019 672.5
+/- EMEA (10.1)
+/- North America (2.1)
+/- CIS, APAC & LATAM 10.2
+/- Sports (8.1)
Q4 2020 LfL 662.3
+/- Currencies (25.5)
+/- Selling price lag effect in CIS (17.8)
Q4 2020 619.1

3. H2 Net revenues and Adjusted EBITDA by division

Ventes nettes EBITDA ajusté
€m H2 2020 H2 2019 % change Organic change H2 2020 H2 2019 H2 2020 Margin H2 2019 Margin
EMEA 417.9 440.0 -5.0% -4.7% 62.3 49.3 14,9% 11.2%
Amérique du Nord 336.8 396.7 -15.1% -9.1% 26.3 18.5 7.8% 4.7%
CIS, APAC & LATAM 305.0 331.8 -8.1% +4.0% 65.0 53.4 21.3% 16.1%
Des sports 336.2 411.1 -18.2% -15.0% 41.5 57.1 12.4% 13.9%
Central Costs (23.7) (24.9)
TOTAL 1,395.9 1,579.6 -11.6% -6,7% 171.5 153.4 12.3% 9.7%

Résultats FY2020 Paris Stock Exchange: TKTT - Foot 2020