Roundup: le cabinet italien adopte un nouveau plan de relance de 25 milliards d'euros pour la reprise du COVID-19 – Xinhua – Championnat d’Europe de Football 2020

20
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode

par Alessandra Cardone

ROME, 7 août (Xinhua) – Le cabinet italien a donné vendredi son feu vert à un nouveau décret contenant de nouvelles mesures de soutien d'une valeur de 25 milliards d'euros (29,4 milliards de dollars américains) pour faire face à l'urgence du COVID-19 et encourager la reprise économique.

La décision sur les dépenses supplémentaires avait été prise par le cabinet du Premier ministre Giuseppe Conte lors d'une précédente réunion le 23 juillet et autorisée par le Parlement le 29 juillet.

Les nouvelles ressources représentaient la troisième disposition économique visant à soutenir l'économie, qui a été gravement touchée par les mesures de verrouillage imposées pour enrayer le coronavirus.

Un premier décret de 25 milliards d'euros avait été adopté en mars et un second de 55 milliards d'euros en mai.

"Le décret vise à soutenir les travailleurs, les entreprises et les institutions locales en général", a déclaré Conte lors d'une conférence de presse après la réunion.

"Les dernières données de l'ISTAT (l'Institut national de la statistique) ont montré que la consommation avait déjà partiellement repris en juin, et cela a été possible également grâce aux mesures précédentes fournies", at-il expliqué.

NOUVEAU STIMULUS

Les nouvelles mesures de relance contenues dans le décret de 103 articles comprennent une prolongation de 18 semaines du financement public pour les travailleurs placés dans des régimes de licenciement temporaire. Cependant, les entreprises qui accèdent aux programmes devront suspendre toute réduction de leurs effectifs au cours de la même période.

En outre, les employeurs qui rappellent les travailleurs, qui ont été licenciés au cours des mois précédents en raison de la crise du COVID-19, se verront accorder une réduction de 100% des cotisations sociales pendant quatre mois.

Une mesure spécifique pour aider les entreprises et l'emploi dans les régions moins développées du sud a été mise en œuvre, prévoyant une réduction de 30% des cotisations sociales aux entreprises pour tous leurs employés (et pas seulement pour les nouvelles embauches) à partir du 1er octobre.

Entre autres dispositions, le paquet comprenait un financement supplémentaire pour la réouverture des écoles publiques en septembre dans le cadre des règles de sécurité anti-COVID et le rééchelonnement des paiements de cotisations fiscales et sociales pour les travailleurs sur une période de deux ans.

Un fonds non remboursable spécifique a été mis de côté "pour soutenir les entreprises basées dans les centres historiques de 29 villes d'Italie qui sont particulièrement consacrées au tourisme international", a expliqué Conte lors de la conférence de presse, sans préciser le montant total du fonds.

Un “ revenu d'urgence '' de 400 euros introduit en mars pour soutenir les ménages à faible revenu touchés par l'urgence du coronavirus a également été renouvelé jusqu'au 15 octobre.

MESURE DE CONFINEMENT PROLONGÉE

Avec le nouveau décret, certaines mesures de confinement approuvées au cours des mois précédents pour freiner la propagation du coronavirus ont été prolongées jusqu'au 7 septembre.

Le port de masques faciaux restera obligatoire dans tous les espaces publics intérieurs – pour tous sauf les enfants de moins de 6 ans – ainsi que le maintien de la distance de sécurité interpersonnelle d'un mètre et d'éviter les rassemblements publics.

Toute personne dont la température corporelle est supérieure à 37,5 degrés Celsius sera tenue de rester à la maison et d'éviter toute activité de travail ou de loisirs à l'extérieur.

La hausse du déficit de 25 milliards d'euros mise en œuvre avec le décret poussera désormais le déficit budgétaire de l'Italie à 11,9% du produit intérieur brut (PIB) cette année et la dette publique à 157,6% du PIB, selon les estimations fournies par les responsables de la Banque d'Italie en fin juillet.

L'économie italienne – la troisième en importance de la zone euro à 19 membres – devrait se contracter d'environ 9,5% en 2020 et rebondir de 4,8% en 2021 et de 2,4% en 2022, selon les mêmes sources.

L'état d'urgence pour la pandémie de COVID-19 déclaré par le gouvernement italien le 31 janvier et qui devait initialement expirer le 31 juillet a été récemment prolongé jusqu'au 15 octobre (1 euro = 1,18 dollar américain).