Trop de femmes au conseil du maire: une amende de 90 mille euros à la commune de Paris – Championnat d’Europe de Football 2020

36

PARIS – La commune de Paris condamnée à une amende pour non-respect de la parité. Mais cette fois, la discrimination n'est pas ce qui est généralement signalé. Le maire Anne Hidalgo elle est en fait accusée d'avoir nommé trop de femmes. Sur 16 nouveaux directeurs et directeurs adjoints au sein du gouvernement de la capitale française, 11 sont des femmes contre 5 hommes seulement. L'amende infligée sur la base d'un règlement intérieur du ministère de l'administration publique est égale à 90 mille euros. "Il est paradoxal de se punir pour avoir pris des mesures qui nous permettent de récupérer l'arriéré que nous avions à parité", commente-t-il Antoine Guillou, responsable des ressources humaines de la commune. Le maire adjoint, Emmanuel Grégoire, il a tweeté ironiquement: "Vraiment désolé."

Hidalgo, réélue en juin pour un second mandat, est la première femme maire à prendre la direction de la Ville Lumière. La loi votée en 2013 pour l'avancement professionnel dans le secteur public fixe un objectif minimum de 40% d'un sexe par rapport à l'autre. La législation a été approuvée en 2013 pour encourager la promotion des femmes qui sont, entre autres, majoritaires dans le secteur public (62%) mais beaucoup moins présentes aux postes de responsabilité. Ceux qui pensaient que la norme n'avaient cependant pas imaginé la forte accélération vers la parité décidée par certains dirigeants comme Hidalgo.

En réalité, la réglementation du ministère a été modifiée en 2019 précisément en raison du fait que souvent le grand nombre de nouvelles femmes cadres est décidé précisément pour compenser l'écart entre les sexes dans l'effectif global. La commune parisienne elle-même n'a pas encore atteint la parité parfaite, mais elle est proche: 47% des cadres dirigeants sont des femmes.

Les nominations d'Hidalgo tombé dans la hache du ministère remontent à 2018 et s'appliquent donc toujours selon les règles antérieures. Une règle absurde, miroir d'une impertinence bureaucratique, qui avait déjà frappé d'autres communes comme Bourg-en-Bresse, au centre du pays. Maire Jean-François Debat il a répondu: "Quatre-vingt dix mille euros pour avoir trop de femmes à des postes de responsabilité est payé cher".