Unipa, les défis pandémiques surmontés avec la qualité de l'enseignement – Championnat d’Europe 2020

85

Inauguré par le recteur Micari dans l'année académique 2020/2021 de l'Université. Internationalisation, recherche et décentralisation à la base des projets de développement de l'Université de Palerme

PALERME – C'était inauguré hier l'année académique 2020/2021 de l'Université, en présence du recteur Fabrizio Micari, assisté du directeur général Antonio Romeo et des représentants des étudiants, des enseignants et du personnel administratif.

La cérémonie s'est déroulée en streaming sur les réseaux sociaux de l'Université, avec des entretiens au cours desquels les plus hauts représentants de l'Université ont présenté des résultats et de nouveaux objectifs pour un avenir proche. Le recteur a réclamé ce que c'était difficile à utiliser pandémie en cours, ce qui limitait gravement la liberté dont jouissait auparavant, même à l'université. L'incapacité de réaliser le enseignement en face à face, contraint le système universitaire à se réinventer, à garantir des services en ligne et à préserver la qualité de l'enseignement à des niveaux optimaux.

L'Université de Palerme a adéquates les services offerts, améliorant l'enseignement en ligne et assurer la conduite de cours, d'examens et de diplômes à distance. Cela s'est fait grâce à la solidité financière de l'Université, fruit d'efforts antérieurs, et au financement régulier obtenu entre-temps, au point de pouvoir investir huit millions d'euros d'économies pour l'année 2019/2020. À son tour, cet investissement a permis de porter à environ 1 400 professeurs universitaires en activité. Une opération qui a également permis d'augmenter les inscriptions par rapport aux autres universités, grâce à la valorisation des services proposés et au relèvement de la zone de non-fiscalité à 25 mille euros. De cette manière, les deux tiers des étudiants inscrits à UniPa ont été exemptés de frais universitaires.

160 filières sont en cours, dont 105 à durée indéterminée, ne laissant que ceux programmés au niveau national à un nombre limité. A ce total s'ajouteront 13 nouveaux cours, dont plusieurs seront décentralisés dans les autres provinces de l'Ouest ou ouverts à l'étranger, comme c'est déjà le cas.

Revenant aux données, la satisfaction des étudiants universitaires est de 66% pour la vie universitaire à Palerme et de 95% pour les services offerts par l'Université. À l'avenir, il est prévu que l'apprentissage à distance, qui n'a pas perdu ses mérites, puisse être intégré à l'enseignement en face à face, même fondamental dans les activités de recherche sur le terrain, ne gaspillant ainsi pas une richesse de connaissances acquises aujourd'hui. Un autre aspect qui sera renforcé sera le lancement de cours internationaux capables d'accueillir des étudiants étrangers, à l'instar de ce qui se passe déjà dans d'autres universités italiennes.

Enfin, le recteur a rappelé l'importance des cours décentralisés dans d'autres provinces, permettant l'acquisition de nouveaux étudiants. «Il est nécessaire – a déclaré Micari – que l'Université améliore la qualité de son travail et des bureaux décentralisés, ce à quoi les étudiants répondent grâce également à la zone sans taxe. Maintenant qu'il existe une relation claire avec la Région, avec certains financements, il est également possible de dupliquer les cours en les décentralisant vers d'autres provinces. La qualité de la recherche à Palerme s'est considérablement améliorée en ce qui concerne les publications et les initiatives, comme en témoignent les 42 projets nés dans le cadre du programme européen Horizon 2020. Il reste encore beaucoup à faire, car il y a encore peu de groupes qui expriment ce potentiel et il existe plusieurs projets qui le permettraient. L'Université doit également apporter sa contribution, en soutenant la planification et en mettant l'accent sur la qualité du personnel ».