Verdicchio Jesi et Matelica, exploit en bouteille 2020 – Vin – Foot 2020

46

(ANSA) – ANCONA – Exploit pour les vins blancs en bouteille symboliques des vins des Marches, Verdicchio dei Castelli di Jesi et Verdicchio di Matelica, pour lesquels Valoritalia enregistre en 2020 l'augmentation, respectivement, à + 36,9% et +14, 8%. Un résultat qui porte le chiffre des AOP et IGP en bouteille de la région des Marches à + 5% dans le contexte socio-économique difficile de l'année dernière.

«Verdicchio récolte ce qu'il a semé au cours des 10 dernières années: des productions conformes à la très haute qualité du terroir, et des dizaines de millions d'euros investis par les producteurs dans le vignoble, la cave et dans des activités de promotion», a commenté le directeur de la Marche Institut de protection du vin (Imt), Alberto Mazzoni, rappelant que selon Nomisma Wine Monitor "pour chaque euro investi dans la promotion à l'étranger, 8 sont obtenus grâce aux ventes". En 2020, le Verdicchio Castelli di Jesi en bouteille a atteint 190 mille hectolitres entre Doc et Docg (51 mille de plus qu'en 2019) et pour Matelica il passe à 19 mille hectolitres (en 2019, il était de 16500). Selon IMT, "les exportations ont résisté pour les 2 coupures grâce à un bond de la demande au premier trimestre 2020, alors que le marché intérieur a beaucoup progressé, notamment au second semestre, grâce au repositionnement des entreprises manufacturières, privé d'un canal naturel comme la restauration. Croissance de la vente directe, de la vente de proximité, du e-commerce et surtout du repositionnement de certaines marques de qualité dans la grande distribution sont les coups gagnants des producteurs qui ont fait sortir Verdicchio de le danger de la crise ". Pour 2021, le maxi consortium de producteurs de la région (il y a 652 entreprises associées pour 16 dénominations) prévoit d'investir plus de 3 millions d'euros dans des stratégies de promotion multicanal pour amener les vins des Marches en Italie et dans le monde. "Nous accélérons beaucoup sur le numérique – a conclu Mazzoni -, Covid nous l'a imposé et je pense que cela nous obligera à le faire au moins pendant toute la première partie de l'année". (MANIPULER).

REPRODUCTION RESERVEE © Copyright ANSA