Urgence de "Covid-19": la prime de 100 euros pour les employés est également due à ceux qui ont assuré des activités de protection civile – Secrétaires municipaux de Vighenzi – Championnat d’Europe de Football 2020

118

Urgence de «Covid-19»: la prime de 100 euros pour les employés est également due à ceux qui ont assuré des activités de protection civile

08 sept., 2020 par Redazione

The Inland Revenue, avec la réponse à la demande de décision no. 302 du 2 septembre 2020, a fourni des clarifications concernant l'accès au prix de 100 euros, conformément à l'art. 63, paragraphe 1, du Dl. n. 18/2020, par rapport aux jours de mars 2020 au cours desquels un fonctionnaire a exercé des activités de protection civile en tant que bénévole.

Le demandeur est un employé municipal ayant exercé des activités de protection civile, reconnu en vertu du décret législatif n. 1/2018, certains jours de mars 2020. Ayant été exposé, du fait des mouvements effectués, au risque de contagion pandémique comme s'il s'était rendu sur son lieu de travail, il demande des précisions sur la possibilité d'utiliser le bonus, égal à 100 euros, conformément à l'art. 63, paragraphe 1, du Dl. n. 18/2000.

L'Agence du Revenu a rappelé que l'art. 63, paragraphe 1, du Dl. n. 18/2020, converti avec des amendements par la loi no. 27/2020, à condition que "aux titulaires de revenus d'un emploi conformément à l'art. 49, paragraphe 1, du Tuir approuvé avec Dpr. n. 917/1986, qui ont un revenu total des salariés de l'année précédente d'un montant n'excédant pas 40000 euros, ont droit à une prime, pour le mois de mars 2020, qui ne contribue pas à la formation de revenus, égale à 100 euros à comparer à nombre de jours de travail effectués sur son lieu de travail au cours du mois susmentionné".

A lire :  Chelsea s'impose Anfield et enfonce Liverpool dans la crise - Euro 2020

Conformément au paragraphe 2 suivant, cette incitation est automatiquement reconnue par les agents de retenue visés aux articles 23 et 29 du Dpr. n. 600/1973 "à partir de la rémunération versée en avril 2020 et en tout état de cause dans le délai de réalisation des opérations de régularisation en fin d'année".

Afin de permettre aux agents chargés de la retenue de récupérer l’intéressement versé, le paragraphe 3 de la disposition susmentionnée prévoit qu’ils utilisent l’institution de la "compensation"Mentionné dans l'art. 17 du décret législatif. n. 241/1997. L'Agence du revenu a apporté des éclaircissements à cet égard dans la circulaire no. 8 / E de 2020 (réponses de 4.1 à 4.9), avec la Résolution no. 18 / E de 2020 et avec circulaire no. 11 / E de 2020 (réponses de 5.2 à 5.5). En particulier, les documents de pratique susmentionnés soulignaient que le rapport sous-jacent à la législation en question est de fournir un rafraîchissement aux salariés qui ont continué à travailler durant le mois de mars 2020 sans pouvoir adopter, comme mesure de prévention de l'épidémie en cours, le mode de télétravail ou de travail agile (dit "travail intelligent"). Il s'ensuit que le bonus est également reconnu à ceux qui ont effectué des déplacements professionnels chez des clients ou en mission ou dans des bureaux secondaires de l'entreprise mais pas également aux salariés ayant effectué leur travail de manière agile. ("travail intelligent") Ou étaient absents pour toute autre raison (par exemple, vacances, maladie, congé payé ou sans solde, congé, etc.).

A lire :  la macro US immédiate va dicter la tendance du cours de l’euro dollar - Championnat d'Europe 2020

Dans le cas présent, l'employé municipal actuel a mené des activités de protection civile pour le compte de la Croix-Rouge italienne quelques jours de mars 2020. Sur ce point, l'Agence a souligné que l'art. 39 du décret législatif. n. 1/2018 (soi-disant "Code de la protection civile<<) Dispose, au paragraphe 1, que les volontaires qui sont membres des sujets inscrits sur la Liste nationale des volontaires de la protection civile (qui comprend la Croix-Rouge italienne), employés dans des activités de sauvetage et d'assistance en vue ou à l'occasion de en cas d'urgence, l'employeur, public ou privé, est tenu de leur garantir le maintien de l'emploi, le traitement économique et social, ainsi que la couverture d'assurance. En vertu du paragraphe 4 suivant, l'employeur a la faculté de demander le remboursement, dans la limite des ressources financières disponibles, de l'équivalent de la rémunération versée au salarié légitimement engagé comme bénévole. Ces remboursements peuvent également être comptabilisés avec les méthodes de crédit d'impôt, conformément aux dispositions de l'art. 38 du Dl. n. 189/2016.

Compte tenu de ce qui précède, l'Agence a considéré que, aux fins en question, le travail effectué en tant que volontaire de la protection civile est configuré comme un "différent«Les méthodes d'exécution du travail, et par conséquent l'employé municipal instantané ne peuvent pas être considérés comme absents (un obstacle à la reconnaissance de l'incitation économique), mais sont contraints à une autre façon d'effectuer le travail; il s'ensuit qu'elle pourra accéder à l'incitation économique en question, pour les jours de mars 2020 au cours desquels les activités de protection civile ont été menées.

A lire :  à 100 jours de l'Euro-2020, le Covid-19 sème toujours le trouble - Championnat d'Europe de Football 2020