Le secteur manufacturier de la zone euro termine 2020 au plus haut alors que les usines allemandes bourdonnent – PMI – Championnat d’Europe 2020

11
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Contenu de l'article

LONDRES – Les fabricants de la zone euro ont terminé 2020 en beauté, l'activité dans le secteur augmentant à son rythme le plus rapide depuis la mi-2018, ce qui suggère que l'économie du bloc a été moins durement touchée par la pandémie qu'au début de l'année, selon une enquête.

L’Allemagne a de nouveau été la force motrice et contrairement à l’industrie des services dominante de l’Union – qui a été particulièrement touchée par les mesures de verrouillage pour lutter contre le coronavirus – les usines de la région sont restées pour la plupart ouvertes.

L'indice final des directeurs des achats dans le secteur de la fabrication (PMI) d'IHS Markit est passé à 55,2 en décembre par rapport à 53,8 de novembre, bien que ce chiffre soit inférieur à l'estimation initiale de 55,5 «flash».

Tout ce qui est supérieur à 50 indique une croissance, et décembre a été la lecture la plus élevée depuis mai 2018. Un indice mesurant la production, et qui alimente un PMI composite attendu mercredi et considéré comme un bon guide pour la santé économique, est passé de 55,3 à 56,3.

«L'économie semble par conséquent prête à être touchée par la pandémie au quatrième trimestre, bien moins que la baisse sans précédent du deuxième trimestre grâce à la résilience du secteur manufacturier», a déclaré Chris Williamson, économiste en chef chez IHS Markit.

Bien que l’économie de la zone euro s’est probablement à nouveau contractée au dernier trimestre, alors que de nouvelles mesures de verrouillage ont étouffé l’activité, un sondage Reuters de décembre a suggéré que le PIB du bloc reviendrait à ses niveaux d’avant la crise dans les deux ans.