Les marchés mousseux suscitent des inquiétudes sur les bulles d'actifs européens – Foot 2020

29

Contenu de l'article suite

Sur des mesures telles que l'élan, les valorisations et les multiples par rapport aux attentes de croissance, les actions de l'énergie propre «ne sont certainement pas bon marché et dans de nombreux cas semblent assez tendues», a déclaré Stuart Joyner, analyste chez Redburn.

Lire la suite: Les valorisations boursières de l'ère Dot-com font craindre une bulle aux fonds ESG

Des inquiétudes similaires ont surgi au sujet des prix élevés des obligations d'entreprises de haute qualité. La reprise du marché du crédit, amorcée en mars dernier, grâce au soutien des banques centrales, est au point mort en Europe. Les investisseurs ne voient guère de raisons d'augmenter la dette des entreprises et les analystes les exhortent à s'abstenir de nouveaux achats jusqu'à ce que les prix baissent.

«Un pic semble avoir été atteint», a déclaré Sébastien Barthelemi, responsable de la recherche crédit chez Kepler Cheuvreux SA.

Les obligations d'entreprise en euros de haute qualité rapportent environ 0,3%, et les obligations en euros cotées pourri ont suivi une trajectoire similaire cette année, poussant les gestionnaires d'actifs vers des actifs plus risqués comme les actions dans leur quête de rendements.

«Les gens qui n'investissaient que dans des investissements de qualité supérieure ne pourront pas vivre avec les rendements qu'ils obtiennent», a déclaré Jeremy Ghose, responsable de la gestion du crédit chez Investcorp. «Vous obtenez vraiment des cacahuètes aujourd'hui.»

Pourtant, malgré tous les discours sur les valorisations coûteuses, un effondrement des prix des obligations d'entreprises ne s'est pas encore matérialisé alors que les gestionnaires de portefeuille de crédit continuent de déployer des liquidités et que la Banque centrale européenne achète de la dette dans le cadre de ses programmes de QE. «Il semble étrange de voir toute cette frénésie dans les nouvelles émissions mais la recherche de rendement prévaut pour les investisseurs», a déclaré Barthelemi.